Gabon : le suspense après la présidentielle

un bureau de vote
Image caption Les électeurs gabonais étaient sortis nombreux pour le scrutin présidentiel.

Les Gabonais attendent avec impatience et anxiété les résultats de la présidentielle de samedi opposant le président sortant Ali Bongo Ondimba et Jean Ping, un ancien cacique du régime du défunt Omar Bongo.

Beaucoup de Librevillois sont restés cloîtrés chez eux, après avoir fait des stocks de nourriture - riz, conserves,... - les jours précédant l'élection, anticipant des violences post-électorales.

Les commerçants adoptent eux-aussi la même ligne de conduite. Redoutant des pillages, beaucoup - y compris les petites épiceries de quartier généralement tenues par des Ouest-Africains - ont baissé le rideau

628.000 électeurs étaient appelés aux urnes ce samedi 28 août pour désigner le futur président du pays, pour un mandat de sept ans.

Les observateurs de l'Union européenne (UE) et de l'Union africaine (UA) n'ont fait état d'aucun incident, à part des retards à l'ouverture dans plus de la moitié des bureaux.

Après une campagne délétère, le scrutin s'est finalement déroulé dans le calme et les électeurs ont voté en nombre, à Libreville et en province.

Mais dès avant même la fermeture des bureaux de vote, les deux camps se sont accusés mutuellement de frauder, comme à chaque élection présidentielle depuis le rétablissement du pluralisme politique en 1990.

Le scrutin est à un tour et les résultats pourront être connus dans les 72 heures.

Lire plus