Cigarette de contrebande: la campagne divise au Cameroun

Cameroun, C3T, gicam,
Image caption Campagne contre la cigarette de contrebande

La Coalition Camerounaise Contre le tabac, C3T en cigle, condamne fermement la campagne de lutte contre les cigarettes de contrebande menée depuis quelques mois par le GICAM, groupement inter-patronal du Cameroun.

Pour la C3T, le GICAM, sponsor de cette campagne, profite de cette opération pour faire la publicité du tabac et attirer des jeunes fumeurs.

Sur certaines affiches de campagne on peut lire: «la contrebande de la cigarette finance l'insécurité».

La présidente de la Coalition camerounaise antitabac affirme que, «comme les cigarettiers savent qu'il y a un fumeur sur deux qui meurt chaque année, il faut qu'ils recrutent des nouveaux fumeurs. Nous sommes particulièrement scandalisés de voir qu'ils utilisent un sujet sensible comme le terrorisme pour faire l'apologie du tabac». Pour elle, c'est tout simplement malsain.

D'après la C3T, cette campagne d'affichage est une publicité à peine voilée qui selon elle viole la loi de 2006 qui interdit toute publicité des produits du tabac.

Cette loi interdit aussi d'encourager les citoyens à acheter la cigarette.

La présidente de la Coalition camerounaise antitabac voudrait qu'on interdise tout type de publicité.

Parce que pour elle c'est à travers la publicité que les jeunes sont recrutés.

Selon les chiffres de l'OMS datés de 2013, plus d'un million de personnes sont fumeurs au Cameroun.

Lire plus