Mali : Verdict de la CPI attendu sur les mausolées de Tombouctou

Ahmad Al Faqi Al Mahdi Copyright de l’image AFP
Image caption Ahmad Al Faqi Al Mahdi, en lunettes, est le premier jihadiste présumé à être jugé à La Haye et le premier accusé dans le cadre du conflit malien

Le jihadiste accusé d'avoir détruit des mausolées de Tombouctou fixé sur son sort mardi. Une décision qui pourrait envoyer un "message fort" contre la destruction de biens culturels à travers le monde.

Cinquante cinq sites sont officiellement classés "en danger" par l'Unesco à travers le monde.

De nouveaux sites sont régulièrement détruits, notamment en Irak ou en Syrie, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a appelé cette semaine les Etats à protéger leurs "trésors de l'humanité".

"Les combattants qui attaquent des trésors culturels veulent endommager non seulement ces biens, mais ils cherchent aussi à déchirer le tissu social", affirme Ban Ki Moon, quelques jours après la réinstallation à Tombouctou de la "porte secrète" de la mosquée Sidi Yahia, qui avait été détruite par les jihadistes.

Ban Ki-moon espère en outre que ce jugement, le premier à la CPI pour destruction de biens culturels, mettra "fin à l'impunité".

Des dunes du Sahara à celles de la mer du Nord, au pied desquelles se dresse la CPI, le Touareg Ahmad Al Faqi Al Mahdi est accusé de crime de guerre pour avoir "dirigé intentionnellement des attaques" contre neuf des mausolées de Tombouctou entre le 30 juin et le 11 juillet 2012.

Après avoir plaidé coupable à l'ouverture de son procès, cet homme aux petites lunettes avait demandé pardon à son peuple, assurant être "plein de remords et de regrets". Disant avoir été à l'époque "sous l'emprise" de groupes jihadistes, il avait appelé les musulmans du monde entier à résister "à ce genre d'actions".

La procureure affirme que l'accusé, né vers 1975, était un membre d'Ansar Dine, l'un des groupes jihadistes liés à Al-Qaïda qui ont contrôlé le nord du Mali pendant environ dix mois en 2012, avant d'être en grande partie chassés par une intervention internationale déclenchée en janvier 2013 par la France.

Ce procès a vu une avalanche de premières pour la Cour : premier accusé à reconnaître sa culpabilité, Ahmad Al Faqi Al Mahdi est le premier jihadiste présumé à être jugé à La Haye et le premier accusé dans le cadre du conflit malien.

L'accusation avait requis entre neuf et onze ans de détention, soit une peine reconnaissant à la fois la gravité du crime et la collaboration de l'accusé. La défense s'était engagée à ne pas interjeter appel si la peine décidée par les juges se trouve effectivement au sein de cette échelle.

Sur le même sujet

Lire plus