Mozambique: 24 ans d'une paix précaire

Samora Machel, leader du mouvement indépendantiste mozambicain Copyright de l’image Getty Images
Image caption Samora Machel, leader du mouvement indépendantiste mozambicain

4 octobre 1992- 4 octobre 2016, il y a 24 ans jour pour jour que l'accord de paix au Mozambique était signé entre le gouvernement du Front de libération du Mozambique (Frelimo) et la rébellion de la Résistance nationale du Mozambique (Renamo).

Un document paraphé par les factions rivales, à Rome, sous l'égide de la communauté Sant'Egidio et qui mit fin à une sanglante guerre civile de 15 ans.

Un cessez-le-feu fragile et à maintes fois non respecté.

Les tensions persistantes entre le Frelimo et la Renamo ont abouti au cours des 24 dernières années à des heurts fréquents à travers le pays, faisant des milliers de victimes, notamment à cause des mines anti-personnelles dispersées sur toute l'étendue du territoire.

Le dernier incident remonte à lundi matin, lorsque des hommes armés issus de la Renamo ont mené une attaque dans la localité de Mecua, dans le district du Meconta. Le nombre de victime n'a pas encore été confirmé.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Filipe Nyusi, président du Mozambique (Frelimo)

Un nouvel accord de paix de principe avait été validé le 11 août 2014 dans le but de baliser la voie vers l'élection présidentielle du 15 octobre de la même année, remportée par Filipe Nyusi. Une initiative soutenue par les Nations unies, le Portugal, l'église catholique et les gouvernements donateurs étrangers.

Vendredi dernier, les autorités ont annoncé la suspension du dialogue entre le gouvernement mozambicain et la Renamo. Les pourparlers devraient remprendre le 10 octobre prochain.