Un animateur tunisien suspendu

Alaa Chebbi a suscité un tollé lorsqu'il a suggéré à la victime de se marier avec l'un de ses agresseurs - Capture d'écran de l'émission "Andi Mankoulek" Copyright de l’image Google
Image caption Alaa Chebbi a suscité un tollé lorsqu'il a suggéré à la victime de se marier avec l'un de ses agresseurs

Un célèbre animateur de télévision tunisienne, Alaa Chebbi, vient d'écoper de trois mois de suspension suite à un numéro de son émission dans lequel il blâmait une jeune fille de 17 ans pour s'être fait violer. Il lui a suggéré de se marier avec l'un de ses agresseurs présumés.

L'instance de régulations des médias (HAICA) a décidé de suspendre l'animateur ainsi que son émission Andi Mankoulek ('' J'ai quelque chose à te dire'') dans le cadre de la loi pour la protection des mineurs et de la vie privée et compte tenu du traitement réservée à la victime.

L'émission a été diffusée la semaine dernière. La jeune fille de 17 ans est apparue floutée en compagnie de son père et de son frère.

La victime y a relaté des actes de viols commis par trois membres de sa famille maternelle et paternelle depuis l'âge de 14 ans. Elle serait tombée enceinte à la suite de l'un de ses viols.

Mais l'animateur a suscité un tollé lorsqu'il a suggéré à la victime de se marier avec l'un de ses agresseurs. Il a également accablé la jeune fille pour son silence lui rétorquant : ''Normalement, quand un enfant subit de tels actes, il est censé en parler à son père ou à son frère''.

Il a ajouté que c' était '' insensé de se faire violer par autant de personnes pendant tout ce temps sans en avoir parlé à personne''.

Il a ensuite demandé à la victime de répéter une nouvelle fois son histoire car il a estimé que "c'est une histoire qui surpasse tous les scénarios de fiction''.

L'autorité tunisienne de régulation audiovisuelle (HAICA) a déclaré à la BBC que cette suspension ne s'est pas faîte de gaieté de cœur mais '' la loi ne nous permet pas d'autres alternatives''.

Radia Saidi, de la HAICA, dénonce le comportement de l'animateur. Elle ajoute enfin que '' nul n'est censé ignorer la loi de Tunisie pas plus que les lois internationales de protections de l'enfance''.

L'émission a été suspendue notamment pour avoir publié un rapport médical et compromis l'anonymat de la victime rendant la jeune fille identifiable. Si la jeune fille est apparue floutée, cela n'a pas été le cas pour ses parents durant la diffusion de l'émission, d'autant plus qu'elle a été exposée au public présent durant le tournage.

L'animateur, Alaa Chebbi, a déclaré sur le site internet Tunisia Live qu'il n'a rien fait de mal et ne veut pas présenter des excuses. Il a également remis en doute l'âge réel de la victime.

Arwa Barkallah