COP22 : arrivée des Chefs d'Etat

Salaheddine Mezouar, le président de la COP22 (centre) Copyright de l’image Getty Images
Image caption Salaheddine Mezouar, le président de la COP22 (centre)

La 22e conférence des parties à la convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP22) est entrée dans sa dernière ligne droite mardi avec l'arrivée d'une soixantaine de chefs d'État.

Le Roi Mohammed VI est arrivé en début de matinée sur le site de Bab Ighli, à Marrakech, où se tient la COP22 pour acceuillir ses homologues.

Les dirigeants débatteront de l'application de l'accord sur le climat signé à Paris, à l'issue de la COP21, en décembre 2015.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Laurent Fabius, président de la COP 21

Trump s'invite dans les débats

Le spectre Trump plane sur cette COP22.

Les positions climatosceptiques du président élu américain inquiètent les négociateurs et occupent toutes les discussions.

Donald Trump a menacé durant sa campagne électorale de faire sortir son pays de l'accord de Paris, pourtant entré en vigueur le 4 novembre dernier.

La France appelle le 45e président des Etats-unis a respecter les engagements pris par Barack Obama. "L'accord de Paris sur le réchauffement climatique est irréversible en droit et en fait" a déclaré le président français, François Hollande, dans la ville marocaine.

L'épineuse question du financement

Les pays les plus riches devront, entre autres, concrétiser leur promesse de mobiliser 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 en faveur des pays en voie de développement confrontés aux effets du réchauffement.

Par ailleurs, le G77, qui réunit les pays les moins avancés, exige l'application concrète du concept « pollueur-payeur ». Le groupe demande ainsi que soit prise en compte la responsabilité historique des pays industrialisés dans le réchauffement climatique.

Les parties ont jusqu'au 18 novembre prochain, pour finaliser la « déclaration de Marrakech », et démontrer que la COP22 est bel est bien « la COP de l'action ».