Burkina : liberté provisoire pour Luc Adolphe Tiao

Luc Adolphe Tiao, le dernier Premier ministre de l'ex-président burkinabè Blaise Compaoré, a bénéficie d'une liberté provisoire après plus de deux mois d'incarcération.

Copyright de l’image AFP
Image caption Luc Tiao a été particulièrement visé pour avoir signé une "réquisition spéciale complémentaire"

Luc Adolphe Tiao, 62 ans, avait été inculpé et incarcéré le 16 septembre quelques jours seulement après son retour volontaire d'un an et demi d'exil en Côte d'Ivoire.

Ce journaliste de formation devenu ambassadeur en France puis Premier ministre du gouvernement de Blaise Compaoré d'avril 2011 jusqu'à sa chute le 30 octobre 2014 a été inculpé d'"assassinat, de coups et blessures volontaires et de complicité de tous ces actes" par la Haute Cour de justice.

M. Tiao et l'ensemble des 33 membres de son gouvernement y compris le président Blaise Compaoré - qui occupait en plus de la présidence les fonctions de ministre de la Défense - ont tous été mis en accusation en juillet 2015 devant la Haute cour par le Conseil national de la transition (CNT), l'assemblée intérimaire mise en place après la chute du régime de Blaise Compaoré, au pouvoir pendant 27 ans.

Luc Adolphe Tiao a été particulièrement visé pour avoir signé une "réquisition spéciale complémentaire" appelant "l'armée à assurer le maintien de l'ordre avec usage des armes" le 30 octobre, au premier jour des manifestations.

Au total, 33 personnes ont officiellement été tuées lors de ces manifestations. M. Tiao a été le seul incarcéré dans ce dossier. Les ministres de son gouvernement qui vivent au Burkina Faso ont tous été inculpés et laissés en liberté avec interdiction de quitter le pays.

Lire plus