La Libye accusée de maltraiter les migrants

Image caption Des dizaines de milliers de candidats à l'émigration clandestine quittent chaque année l'ouest libyen à destination des côtes italiennes situées à seulement 300 kilomètres.

L'ONG parle de conditions « inhumaines et sans hygiène ». Médecins Sans Frontières révèle que la nourriture manque dans les centres de détention et que les personnes détenues ont un accès limité à l'eau potable et aux services d'hygiène.

Elle ajoute que dans certains cas, les détenus ne disposent que d'un demi-mètre carré.

MSF déclare par ailleurs être opposée à la « détention indéfinie ou arbitraire de migrants, réfugiés et demandeurs d'asile ».

L'organisation a ainsi appelé les autorités libyennes à libérer les femmes enceintes, les femmes avec des nouveau-nés, les enfants, les jeunes mineurs et les personnes handicapées ou souffrant de graves problèmes de santé.

Depuis le premier trimestre de l'année 2015, plus de 300.000 migrants sont arrivés en Italie et 7.000 autres sont morts ou sont portés disparus en Méditerranée.