Tunisie : appel à voter une loi contre le racisme

Le Premier ministre tunisien Youssef Chahed a appelé le parlement à examiner "en urgence" un projet de loi pénalisant le racisme.

Copyright de l’image Anadolu
Image caption Cet appel survient au lendemain d'une manifestation d'étudiants africains dénonçant de multiples cas d'agressions.

Cet appel survient au lendemain d'une manifestation d'étudiants africains dénonçant de multiples cas d'agressions".

Une centaine de personnes y a participé pour dénoncer de "multiples cas d'agressions" contre les étrangers originaire d'Afrique subsaharienne.

Samedi, trois Congolais ont été agressés dans la capitale. Deux ont eu la gorge tranchée et un a été poignardé.

"Il faut une stratégie nationale afin de changer les mentalités, (et) une loi qui criminalise la discrimination", a déclaré M. Chahed dans un discours prononcé à l'occasion d'une "Journée nationale contre la discrimination raciale".

"L'initiative législative présentée il y a presque deux ans au Parlement est une étape vers la poursuite des auteurs de ces crimes: je demande à ce que les députés en débattent en urgence. Il faut aussi lancer des campagnes de sensibilisation", a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, huit ONG tunisiennes ont pour leur part dénoncé lundi "une agression raciste sauvage", et appelé à leur tour les députés à adopter rapidement le projet de loi.

D'après le quotidien La Presse, la Tunisie compte actuellement quelque 6.000 étudiants venus de pays d'Afrique subsaharienne, soit moitié moins qu'avant la révolution de 2011.

En juin, des organisations de la société civile avaient présenté leur propre proposition de loi criminalisant toute forme de discrimination, et obtenu le soutien de députés de la majorité, dans le cadre notamment de la lutte antiraciste.

Sur le même sujet