Cologne: les Nord-africains visés par la police

Copyright de l’image Reuters
Image caption Forte présence de la police à la gare principale de Cologne pour la nouvel an.

La police allemande affirme avoir eu raison de contrôler des centaines d'hommes d'origine nord-africaine à Cologne le jour de la Saint-Sylvestre, rejetant les critiques selon lesquelles il s'agissait d'un profilage racial.

Le chef de la police de la ville a annoncé que près de 650 hommes d'origine nord-africaine ont été contrôlés. Certains d'entre eux agissaient agressivement, selon lui.

Le nombre de policiers a été renforcé. Il a été porté à 1 700. Lors du réveillon, les Nord-Africains ont été pris pour cible après la série d'agressions rapportée l'année dernière à Cologne.

Des centaines de femmes ont subi des vols, des insultes et des violences sexuelles de la part d'hommes décrits comme « arabes et nord-africains » par la police. La plupart des attaques se sont produites autour de la gare principale de Cologne, près de la cathédrale.

Les Nord-Africains pris pour cible par la police allemande

«Dans l'ensemble, nous avons vérifié l'identité de 650 personnes dont 98% à 99%, presque toutes, étaient d'Afrique du Nord », a précisé le chef de la police à Cologne, Juergen Mathies.

Au moins 92 personnes ont été détenues, dont 16 Allemands de souche.

Juergen Mathies s'est excusé pour un tweet de la police qui faisait référence à des contrôles sur les "Nafris" - une appellation utilisée par la police allemande pour désigner "les délinquants d'Afrique du Nord".

Le terme a été dénoncé par le parti de gauche Linke et le leader des Verts Simone Peter.

"Il ya un point d'interrogation sur le comportement et la légalité de contrôler des personnes et, dans certains cas, les emprisonner en raison uniquement de leur apparence", a ajouté Simone Peter.