Côte d'Ivoire : le ministre de la Défense libéré

Alain Richard Donwahi, ministre ivoirien de la défense, entouré des mutins, avec les membres de sa délégation, à Bouaké Copyright de l’image AFP
Image caption Alain Richard Donwahi, ministre ivoirien de la défense, entouré des mutins, avec les membres de sa délégation, à Bouaké

Les soldats mutins ivoiriens ont libéré le ministre de la défense du pays après l'avoir arrêté pendant deux heures dans un malentendu sur la question de leur salaire.

Alain Richard Donwahi a été détenu dans la ville de Bouaké par des troupes qui ont rejeté les conditions d'un accord annoncé par le président Alassane Ouattara à l'issue d'un bref conseil des ministres.

M. Ouattara avait déclaré qu'il avait pris en compte les revendications concernant les salaires et les conditions des mutins et les avait exhortés à regagner leur caserne.

"Je confirme que j'ai accepté de prendre en compte les exigences des soldats sur les primes et les meilleures conditions de travail", avait-il déclaré, dans une allocution télévisée.

"Je voudrais dire que cette façon de formuler des revendications n'est pas appropriée: elle ternit l'image de notre pays après tous nos efforts pour relancer l'économie", avait-il renchéri.

Copyright de l’image NA
Image caption Carte de la Côte d'Ivoire

Ce qui n'avait pas pu convaincre les mutins qui avaient pris l'option de séquestrer le ministre chargé de la défense dans la ville de Bouaké où il s'était rendu samedi pour des négociations.

Malgré l'annonce faite par le chef de l'Etat, certains des mutins avaient ouvert le feu, piégeant M. Donwahi et des dizaines d'autres membres de sa délégation dans la maison d'un fonctionnaire local.

Ils n'avaient pas pu quitter la ville que quelques heures plus tard. La mutinerie avait commencé vendredi à Bouaké, la deuxième ville la plus grande du pays, et s'était propagée à Abidjan, où les soldats avaient pris le quartier général de l'armée.

Sur le même sujet