Bouaké : une manifestation dispersée

Les militaires, qui avaient organisé une mutinerie à Bouaké la semaine dernière, ont dispersé vendredi à deux reprises des manifestations protestant contre leurs agissements.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Samedi, des militaires en colère avaient cependant empêché le ministre et sa délégation de quitter la résidence du sous-préfet pendant plus de deux heures.

Ces événements surviennent alors que le ministre de la Défense, Alain-Richard Donwahi, doit arriver en fin de matinée à Bouaké, deuxième ville de Côte d'Ivoire pour conclure les négociations avec les mutins après l'accord trouvé samedi dernier.

Environ 200 manifestants s'étaient rassemblés sur le rond-point de la préfecture de Bouaké pour demander aux militaires de "mettre un terme à (leur) révolte", à l'appel de cadres du Rassemblement des républicains (RDR, le parti du président Alassane Ouattara).

Les revendications des mutins, dont beaucoup sont d'anciens rebelles, sont matérielles. Elles marquent le retour d'un problème récurrent dans un pays sorti en 2011 de dix ans de rébellion dont Bouaké, 1,5 million d'habitants, fut la capitale.

Un accord avait été trouvé samedi à Bouaké entre le ministre et des soldats qui réclament le paiement de primes, des augmentations de solde, une promotion plus rapide entre les grades ainsi que des logements.

Samedi, des militaires en colère avaient cependant empêché le ministre et sa délégation de quitter la résidence du sous-préfet pendant plus de deux heures.

Sur le même sujet