RDC : Compromis avec le MLC sur l'accord

La coalition d'opposition ayant refusé de signer l'accord de cogestion de la République démocratique du Congo par le majorité au pouvoir et l'opposition a finalement adhéré samedi à ce compromis politique sous la médiation de l'épiscopat.

Image caption La RDC est minée par une crise née du report de la présidentielle qui devrait désigner en 2016 le successeur de M. Kabila.

Le mouvement de libération du Congo (MLC) - deuxième force politique d'opposition à l'Assemblée nationale - de l'ancien vice-président Jean-Pierre Bemba actuellement détenu à La Haye par la Cour pénale internationale a signé l'accord de sortie de crise quatorze jours après sa conclusion.

Des négociations entre le pouvoir et l'opposition ont abouti le 31 décembre à un accord qui entérine la décision de la cour constitutionnelle autorisant le président congolais Joseph Kabila à demeurer à la tête du pays après le terme de son mandat le 20 décembre et attribuant à l'opposition le poste de Premier ministre.

"Avec la signature du MLC (...) nous tendons vers une inclusivité totale", a déclaré Mgr Marcel Utembi, président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), qui a assuré que les trois délégués nommés ministres et qui tardent encore à signer "se sont déclarés ouverts à l'inclusivité".

.