Le Cameroun "assainit" les réseaux sociaux

Le Cameroun a initié une campagne contre la publication de fausses informations sur les réseaux sociaux.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Une campagne de mise en garde est lancée par le gouvernement camerounais.

Le ministre des Postes et télécommunications, Minette Libom, en a fait l'annonce à la télévision publique vendredi.

Les coupables vont écoper d'une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 2 ans et d'une amende comprise entre 5 et 10 millions de Fcfa.

La décision est critiquée par les utilisateurs des médias sociaux.

Une campagne de mise en garde est lancée par le gouvernement camerounais.

Depuis quelques jours, les utilisateurs sont informés par sms.

"Chers abonnés, l'émission et la propagation de fausses nouvelles, notamment par les réseaux sociaux, sont réprimées par le code pénal et la loi", indique un sms du gouvernement camerounais que les utilisateurs ont commencé à recevoir depuis jeudi.

Les autorités camerounaises prévoient aussi les échanges sur les réseaux sociaux, avant de passer à la phase répressive.

Sur le même sujet