Kenya: des médecins gréviste emprisonnés

Sitôt le jugement prononcé, les syndicalistes ont été menottés et conduits à la prison pour purger leur peine de prison.
Image caption Sitôt le jugement prononcé, les syndicalistes ont été menottés et conduits à la prison pour purger leur peine de prison.

Sept médecins kenyans ont été condamnés à un mois de prison ferme pour leur rôle dans une grève qui paralyse les hôpitaux publics du pays depuis dix semaines.

Sitôt le jugement prononcé, les syndicalistes ont été menottés et conduits à la prison pour purger leur peine de prison.

A l'extérieur du tribunal, ils ont été accueillis par leurs partisans portant des blouses et des masques chirurgicaux.

En janvier, le tribunal avait donné un mois aux médecins pour qu'ils mettent fin à leur grève, ce que les syndicats avaient refusé.

L'accord prévoyait également de recruter plus de médecins et de mieux équiper les hôpitaux publics.

Les grévistes réclament l'application d'un accord avec le gouvernement signé en 2013 qui stipule que leur salaire actuel soit triplé.

La condamnation des sept syndicalistes semble avoir alimenté la contestation dans le secteur médical.

Les responsables syndicaux intérimaires ont annoncé qu'ils allaient stopper toute négociation avec le gouvernement.

Ils ont également appelés à des veillées devant les prisons où les sept syndicalistes condamnés vont effectuer leur peine.

Les syndicats disent être prêts à poursuivre leur grève même après les élections générales qui doivent se tenir en août.

La contestation chez les médecins est un dossier potentiellement délicat pour le président Uhuru Kenyatta qui briguera un second mandat cet été.

Sur le même sujet