Fespaco: plus de 150 films en compétition

Statut d'un pionnier du cinéma africain à la place des Cineastes de Ouagadougou Copyright de l’image Getty Images
Image caption Statut d'un pionnier du cinéma africain à la place des Cineastes de Ouagadougou

La 25e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) a enregistré «plus de 150 films sélectionnés pour la compétition».

L'information est contenue dans un dossier de presse fourni par le comité d'organisation

Lancé vendredi avec pour thème « Formation et métiers du cinéma et de l'audiovisuel », le FESPACO, avec la République de Côte d'Ivoire comme pays invité d'honneur a dévoilé ses chiffres officiels.

Quelques chiffres de 2017

Selon les informations livrées par la même source, il y a pour cette 25e édition du rendez-vous du cinéma africain, «09 salles de projections pour 950 films inscrits pour la sélection».

Plus de 100.000 spectateurs sont attendus en salles et plus de 450 séances de projections sont prévues.

Dans le programme professionnel, il y a une compétition de films, un panorama du cinéma africain et de la diaspora, avec une grande première des films de fiction long métrage en compétition.

Des forums débats autour des films en compétition sont également prévus.

Le Fespaco, une institution

Créé en 1969, le festival du cinéma africain est devenu biennal à partir de la sixième édition en 1979.

Reconnu par les Etats africains, le Fespaco dispose d'un statut et d'un siège basé à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso.

Il rassemble les années impaires, pendant une semaine, des professionnels ou non, africains et du reste du monde, autour d'un facteur commun : le cinéma africain et de la diaspora africaine.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Des soldats lourdements armés surveillent les abords du stade municipal de Ouagadougou lors de la cérémonie d'ouverture vendredi

Une forte présence militaire

Ce ne sont pas seulement les films qui sont à l'affiche de la 25e édition du Fespaco. Il y a également au spectacle une forte présence de militaires armés notée dans les rues cette année à Ouagadougou, surtout lors de la cérémonie d'ouverture.

Dans les grandes artères de la capitale et aux alentours du village du Fespaco, des soldats se sont positionnés pour parer à tout attentat.

Sur le même sujet