AFSUD-Nigéria : unis contre la xénophobie

Ces dernières semaines de nombreuses attaques contre les immigrés ont secoué plusieurs quartiers de Pretoria et Johannesburg en Afrique du Sud.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Des ressortissants armés de pierres et de gourdins pour se protéger dans les rues de Pretoria (archives)

Au cours de ces violences, de nombreux magasins et maisons appartenant à des étrangers ont été saccagés dans des faubourgs pauvres de ces deux villes, ranimant ainsi le spectre des émeutes xénophobes meurtrières de 2008 et 2015.

Les habitants accusent les étrangers, et notamment les Nigérians, d'être à l'origine des trafics de drogue et la prostitution qui gangrènent leurs quartiers.

Le mois dernier, le gouvernement nigérian avait publiquement exprimé son inquiétude après cette vague d'attaques.

Lundi, la ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Maite Nkoana-Mashabane, a rencontré son homologue nigérian, Geoffrey Onyeama, à Pretoria pour apaiser les tensions.

Media playback is unsupported on your device
L'Afrique du Sud et du Nigeria créent une plateforme destinée à prévenir la xénophobie

Tous les trois mois, des représentants des deux pays, officiels et membres de la société civile, s'y réuniront pour aborder les questions d'immigration et les problèmes de cohabitation.

Les flambées de violences anti-immigrées sont fréquentes en Afrique du Sud, dont le niveau de vie attire des millions d'étrangers souvent accusés, de voler le travail de la population locale et de nourrir la criminalité.

En 2015, sept personnes sont mortes pendant des pillages visant des commerces tenus par des étrangers à Johannesburg et à Durban. En 2008, des émeutes xénophobes avaient fait 62 morts.

Sur le même sujet