Londres et Washington interdisent les ordinateurs dans les vols

L'affiche d'un ordinateur portable dans le hall d'un aéroport, avec un voyageur au second plan Copyright de l’image Getty Images
Image caption L'affiche d'un ordinateur portable dans le hall d'un aéroport, avec un voyageur au second plan

Les États-Unis interdisent les appareils électroniques des bagages de cabine sur les vols en provenance de huit pays principalement du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord. C'est aussi le cas du Royaume-Uni qui a pris ladite décision contre 14 compagnies aériennes de six pays dont la Turquie.

Une source du gouvernement américain a déclaré à la BBC que la mesure affecterait neuf compagnies aériennes opérant dans 10 aéroports des zones géographiques précitées.

Les médias américains ont rapporté que l'ordre avait été déclenché par des renseignements recueillis à l'étranger.

La mesure concerne tous les appareils électroniques tels que les ordinateurs portables, les appareils photo, les lecteurs de DVD et les jeux électroniques, mais pas les téléphones portables.

Les dispositifs médicaux seront également exemptés de cette interdiction.

Le département de la Sécurité intérieure (DHS) a refusé de commenter la question mais devrait faire une déclaration mardi.

La Transportation Security Administration (TSA), qui fait partie de Homeland Security, s'est également refusée à tout commentaire.

Les aéroports ciblés

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Un dispositif de contrôle dans un aéroport

Une liste officielle des compagnies aériennes concernées n'a pas encore été publiée, mais un officiel parlant à Associated Press (AP) a déclaré que la mesure s'appliquerait aux dix aéroports suivants dans huit pays:

● Queen Alia International, Amman, Jordanie

● Aéroport international du Caire, Égypte

● Ataturk Airport, Istanbul, Turquie

● King Abdulaziz International, Djeddah, Arabie Saoudite

● King Khalid International, Riyad, Arabie Saoudite

● Aéroport international du Koweït

● Mohammed V International, Casablanca, Maroc

● Hamad International, Doha, Qatar

● Dubai International, Émirats Arabes Unis

● Abu Dhabi International, Émirats Arabes Unis

Selon les fonctionnaires il n'y a aucune date limite à la mesure d'interdiction.

Les raisons de la peur

En février 2016, un avion a été endommagé par une explosion peu de temps après le décollage de la capitale somalienne, Mogadiscio.

Les enquêteurs ont déclaré qu'un passager avait voyagé avec une bombe portable. Le pilote avait réussi à atterrir et ladite bombe était le seul danger à bord.

Si l'appareil avait atteint son altitude de croisière, il aurait certainement été détruit.

Le groupe militant islamique al-Shabab, qui est lié à Al-Qaïda, avait revendiqué cet attentat.

Les services de renseignement américains craignent depuis la possibilité de nouvelles attaques.

Londres entre dans la dance

Le Royaume-Uni a suivi les Etats-Unis en interdisant également les ordinateurs portables et les tablettes sur les vols en provenance de six pays dont la Turquie. La décision concerne 14 compagnies aériennes, a annoncé mardi un porte-parole du gouvernement britannique.

La Première ministre Theresa May a présidé plusieurs réunions lors desquelles il a été décidé "d'introduire de nouvelles mesures de sécurité aérienne sur tous les vols directs à destination du Royaume-Uni".

La Turquie, le Liban, la Jordanie, l'Egypte, la Tunisie et l'Arabie saoudite sont les pays cités par le Royaume-Uni.