Niger : "je ne suis pas irremplaçable"

Image caption Le président Mahamadou Issoufou dit vouloir laisser la place à un autre nigérien.

Dans un entretien à la télévision d'Etat à l'occasion du premier anniversaire de son investiture, Mahamadou Issoufou déclare qu'une de "ses plus grandes ambitions, c'est d'organiser en 2021 des élections libres et transparentes et de passer le témoin à un autre Nigérien que les Nigériens auront choisi."

"Le Niger a besoin d'institutions démocratiques fortes" a déclaré le président investi pour un second mandat le 2 avril 2016.

"Je suis un démocrate dans l'âme" dit-il.

"Je n'ai pas cette arrogance de penser que je suis un homme providentiel irremplaçable" a-t-il ajouté.

Mahamadou Issoufou a été élu à la tête du Niger en 2011, puis réélu en 2016 pour un second mandat de cinq ans qui arrivera à terme en 2021, conformément à la Constitution.

Sa sortie samedi soir est une réaction à plusieurs milieux nigeriens qui lui prêtent de vouloir faire réviser la Constitution, à la faveur de sa large majorité au Parlement, en vue de briguer un troisième mandat.

Image caption Mahamadou Issoufou se présente comme "un démocrate dans l'âme"...

"Moi, je pense qu'il faut respecter les Constitutions. Et d'ailleurs, quand je me suis présenté aux élections, j'ai fait la promesse qu'un de nos objectifs était de consolider l'ordre démocratique et les institutions démocratiques et républicaines dans le pays. Et cela ne peut se faire en détricotant les Constitutions à chaque fois" a-t-il fait savoir.

"j'espère dit-il, que j'aurai la chance de rentrer dans l'histoire comme étant le premier président du Niger qui aura passé, de manière pacifique, le témoin à son successeur."