Diébédo Francis Keré ouvre son pavillon

Francis Kere le 20 juin à Londres est sur le point d'inaugurer le Pavillon Copyright de l’image Getty Images
Image caption Francis Kere le 20 juin à Londres est sur le point d'inaugurer le Pavillon

"Une nouvelle manière de se connecter les uns avec les autres", c'est l'inspiration derrière la conception du Serpentine Pavillon imaginé par l'architecte burkinabè Francis Keré.

C'est la première fois qu'un architecte africain est responsable de la conception du prestigieux Pavillon de la Serpentine Gallery, une construction éphémère située à Hyde Park, au cœur de Londres, la capitale britannique.

Chaque année cette mission est confiée à un architecte de renommée internationale.

Media playback is unsupported on your device
Diébédo Francis Kéré, l'architecte burkinabè renommée mondiale est à l'honneur

"Je me suis inspiré d'un arbre"

Pour concevoir le pavillon, Francis Keré s'est inspiré d'un arbre de Gando, son village natal au Burkina Faso.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption L'auteur a voulu créer un lieu de "rencontre et de vie", un canopée géant rappelant l'arbre à palabres

Pour l'auteur, il s'agit d'un endroit de "rencontre et de vie", un canopée géant rappelant l'arbre à palabres* de Gando sous lequel tous les villageois se regroupent, "parents, enfants, sages".

"Je voulais que le visiteur puisse découvrir cet énorme canopée, parcourir l'espace, tout en bénéficiant de la lumière, qu'il puisse à la fois observer les nuages et se sentir protégé de la pluie", a indiqué l'architecte.

Les visiteurs pourront ainsi se regrouper sous "l'arbre à palabres" métallique de Hyde Park qui sera dévoilé le 23 juin et restera ouvert jusqu'au 8 octobre 2017.

Copyright de l’image AFP
Image caption Le pain de singe, le fuit du baobab

L'architecte Irakienne Zaha Hadid avait été la première à participer à l'initiative de la Serpentine Gallery, en 2000.

Diébédo Francis Kéré est notamment connu pour avoir conçu une école primaire à Gando, où il a su mêler confort, respect des cultures et de l'artisanat local.

Il est de plus en plus sollicité pour son savoir-faire en matière d'architecture écologique dont il fait la promotion en Afrique et au-delà.

*Le saviez-vous ?

  • En Afrique, l'arbre à palabres est un lieu traditionnel de rassemblement, à l'ombre duquel on s'exprime sur la vie en société, les problèmes d'un village ou encore la vie politique. Lorsqu'on parle de l'arbre à palabres on parle surtout d'un baobab.
Copyright de l’image AFP
Image caption Le baobab st généralement massif et peut atteindre 25 m de haut et plus de 12m de circonférence

Le baobab

  • Cet arbre sacré dans plusieurs régions africain peut vivre plus de 1 000 ans. Dans certaines sociétés, il est sacrilège de le couper. C'est l'emblème de la Guinée Conakry.
  • Il est généralement massif et peut atteindre 25 m de haut et plus de 12m de circonférence.
  • Son nom vient de l'arabe bu hibab, fruit à nombreuses graines. Chacun de ses fruits ovales contient souvent plusieurs centaines de graines.
  • Le fruit du baobab, le pain de singe est entouré d'une coque assez dure, ligneuse, et contient des graines enrobées d'une pulpe déshydratée.

Sur le même sujet