Ghana : Kokrobite, paradis du surf

Kokrobite, est d'abord un havre des rastas du Ghana mais un Britannique veut transformer cette ville côtière de la banlieue d'Accra en un spot de surf.

Copyright de l’image Alamy
Image caption Des surfeurs de 20 pays différents se sont ainsi déplacés à Kokrobite.

Brett Davies , 42 ans qui slalome sur la plage, parsemée de bateaux de pêcheurs enfoncés dans le sable, entre les rastafariens qui vendent des t-shirts bariolés et les enfants qui s'amusent sur le rivage. Il se met les bouchées double pour que tout soit fin prêt pour la compétition internationale de surf qu'il organise chaque année.

Des surfeurs de 20 pays différents se sont ainsi déplacés à Kokrobite, à 30 km d'Accra, pour l'occasion, en juin. Parmi eux, Emmanuel Ansah, qui chevauche les vagues, maniant adroitement sa planche pour attirer l'attention des juges installés sur un ponton en bois tourné vers l'océan.

Ce jeune homme de 19 ans vient de Busua, près de la frontière ivoirienne, où Brett Davies a contribué à faire du surf un sport populaire.

La première fois que ce jeune Ghanéen est monté sur une planche, cinq ans auparavant, il était "tellement heureux" que c'était "comme avoir une nouvelle petite amie", raconte-t-il.

Copyright de l’image PA
Image caption Brett Davies a contribué à faire du surf un sport populaire.

Il aspire à représenter un jour son pays dans des compétitions à l'étranger et veut lui aussi faire du Ghana une destination privilégiée de surf.

Le Ghana avec ses 550 kilomètres de côtes préservées, des plages dorées bordées d'arbres, "le surf a un potentiel énorme", explique Gilbert Abeiku Aggrey, un spécialiste du tourisme au Ghana. "Il y a encore tout à faire sur nos plages", ajoute-t-il.

Selon la Banque mondiale, 897.000 touristes ont visité le Ghana en 2015. Certes dix fois moins qu'en Afrique du Sud (8,9 millions) mais le Conseil mondial du voyage et du tourisme estime que ce chiffre pourrait atteindre 1,3 million cette année, voire plus de 2 millions d'ici 2027.

En 2016, le tourisme a généré 1,3 milliard de dollars de recettes touristiques directes pour l'économie ghanéenne, l'équivalent de 3% du PIB annuel du pays.