Un mouvement pour "sauver" la RDC

Image caption Sindika Dokolo possède plusieurs entreprises en Angola et détient l'une des plus importantes collections d'art contemporain en Afrique.

Sindika Dokolo, homme d'affaires congolais et gendre du président angolais José Eduardo dos Santos, appelle les Congolais à "sauver" leur pays en rejoignant le mouvement citoyen "Les Congolais Debout !".

Le collectionneur d'art a lancé jeudi une vidéo promotionnelle de deux minutes dans laquelle il appelle à l'alternance en République Démocratique du Congo (RDC) pour 2017.

"Si comme nous, vous pensez que la RDC souffre d'avoir été trahie par ses dirigeants (…) et que la responsabilité citoyenne doit s'imposer à la violence de l'État, devenez un Congolais debout », dit-t-il dans ce message publié sur les réseaux sociaux.

"Les Congolais Debout !" se décrit comme un "mouvement citoyen apolitique" et non-violent qui vise à lutter contre la "misère indescriptible" dans laquelle la population est plongée. Le groupe prescrit l'alternance en 2017, le respect de la Constitution et la fin de ce qu'il désigne comme les "dérives d'un pouvoir totalitaire".

A lire aussi :

La fondation Dokolo et l'art en Afrique

RDC : Sindika Dokolo récuse sa condamnation

Un homme qui ne mâche pas ses mots

Marié à la milliardaire Isabel dos Santos, la femme la plus riche d'Afrique, Sindika Dokolo a plusieurs cordes à son arc : homme d'affaires, il possède plusieurs entreprises en Angola et collectionneur d'art, il détient l'une des plus importantes collections d'art contemporain en Afrique.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Sindika Dokolo et son épouse, la milliardaire Isabel Dos Santos

Condamné le 4 juillet dernier à un an de prison pour fraude immobilière, il estimait alors que cette condamnation était peut-être un moyen "de le faire taire ou comme c'est devenu une culture au Congo une manière de l'impressionner" tout en dénonçant l'instrumentalisation de la justice à des fins politiques.

Depuis au refus du président congolais de démissionner quand son mandat constitutionnel a expiré en décembre, Sindika Dokolo est apparu comme un critique acharné de Kabila. En juillet dernier, il écrivait sur son compte Twitter que "Kabila se sert de la justice pour étouffer les voix discordantes".

Habitués aux critiques parfois acerbes contre le gouvernement en place, certains détracteurs considèrent pourtant que le paysage citoyen de la RDC est déjà trop peuplé.