Soro regrette de ne pas avoir été "associé" au congrès du RDR

Guillaume Soro, a déclaré qu'il regrettait de ne pas avoir été "associé" au congrès du parti du président Alassane Ouattara. Copyright de l’image AFP
Image caption Guillaume Soro regrette de ne pas avoir été "associé" au congrès du parti du président Ouattara.

Le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro, a déclaré vendredi dans un communiqué qu'il regrettait de ne pas avoir été "associé" au congrès du parti du président Alassane Ouattara.

"En ma qualité de militant et d'élu de cette formation (...) membre du Haut conseil politique du RDR, je n'ai à aucun moment été associé aux travaux préparatoires du congrès", affirme-t-il, en insistant sur son appartenance au mouvement.

L'ex-chef de la rébellion ivoirienne a rappelé que "dans le contexte actuel fait de frictions, de suspicions et où des lignes de fractures évidentes sont apparues au sein de la famille politique", il y a une impérieuse nécessité de se rassembler.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le président Alassane Ouattara, avec le vice-président Daniel Kablan Duncan et Guillaume Soro

"J'imagine donc qu'à tout moment, de nouvelles occasions pourraient m'être offertes de contribuer significativement à la vie du parti", ajoute-t-il en précisant qu'il reste "à la disposition de la future direction du parti (...)".

L'ancien Premier ministre est accusé par certains partisans du président de vouloir déstabiliser le gouvernement et de comploter contre des rivaux potentiels.

Ces derniers voient sa main derrière les mutineries qui ont ébranlé la Côte d'Ivoire depuis le début de l'année.

Lire aussi:

Des accusations qui sont réfutées par ses proches qui estiment qu'il est victime d'une chasse aux sorcières alors qu'il a "toujours œuvré" dans le sens du "bien commun".

En août, des partisans de Soro ont créé un nouveau mouvement, l'Amicale des Forces Nouvelles (AFN).

Ils réfutent toutefois de créer un parti portant le nom de l'ex-rébellion en vue de la présidentielle en 2020 dont Guillaume Soro pourrait être un candidat à la succession d'Alassane Ouattara.

Sur le même sujet