Portrait de candidat: Jean-Jacques Démafouth

Jean-Jacques Démaphouth
Image caption Jean-Jacques Démafouth

A 52 ans, Jean-Jacques Démafouth, président de l’ Armée Populaire pour la restauration de la Démocratie se présente pour la deuxième fois à l’élection présidentielle sous la bannière de son parti, la Nouvelle Alliance pour le Progrès.

Entré tôt en politique au Mouvement de libération du peuple centrafricain, dirigé alors par Ange-Félix Patassé, il connait l’exil au Tchad, au Bénin et en France où il obtient son diplôme d’avocat.

Il rentre au bercail à la faveur de l’élection de 1993 remportée par Ange-Félix Patassé.

Ce dernier lui confie plusieurs responsabilités.

Il fut président du Conseil d’administration de la Société centrafricaine des télécommunications puis ministre de la défense 1999 à 2001, année du divorce entre les deux hommes.

Accusé d’avoir participé au putsch manqué du 28 mai 2001, Démafouth fut emprisonné avant d’être innocenté par la justice.

Il cite la sécurité, l’ emploie et la santé comme ses priorités.