Got a TV Licence?

You need one to watch live TV on any channel or device, and BBC programmes on iPlayer. It’s the law.

Find out more
I don’t have a TV Licence.

Points clés

  1. Dans une allocution télévisée, le président sud-africain Jacob Zuma a déclaré avoir parlé à M. Mugabe qui lui a dit qu'il allait bien mais qu'il était confiné chez lui assigné à résidence.
  2. Dans un message lu dans la nuit à la télévision nationale, le général Sibusiso Moyo a affirmé que l'armée n'avait pas mené de "coup d'Etat contre le gouvernement".
  3. Des échanges de tirs nourris ont été entendus dans la nuit de mardi à mercredi près de la résidence privée de Robert Mugabe dans la capitale Harare.
  4. Emmerson Mnangagwa, l’ex vice-président, évince la semaine dernière par Robert Mugabe, annonce être de retour à Harare, la capitale, et appelle les Zimbabwéens à rester calme.
  5. L'armée annonce que Robert Mugabe et sa famille sont sains et saufs et en sécurité.
  6. Le président Robert Mugabe a catégoriquement refusé jeudi de renoncer au pouvoir qu'il exerce depuis trente-sept ans à la tête du Zimbabwe, au cours de discussions avec l'armée qui a pris le contrôle
  7. Plusieurs voix de l'opposition sont sorties de leur silence pour exiger à leur tour son départ et une transition vers des élections libres.
  8. Placé en résidence surveillée dans la nuit de mardi à mercredi, le chef de l'Etat, 93 ans, a rencontré pour la première fois jeudi après-midi le chef de l'armée, le général Constantino Chiwenga
  9. Le parti au pouvoir au Zimbabwe, la Zanu-PF, a décidé d'enclencher une procédure de destitution contre le chef de l'Etat
  10. Le Parlement du Zimbabwe a ouvert mardi après-midi sa séance consacrée à l'examen d'une demande de destitution du président Robert Mugabe.
  11. Le président zimbabwéen Robert Mugabe a remis sa démission après 37 ans de pouvoir, a annoncé le président de l'Assemblée nationale lors d'une session extraordinaire du Parlement à Harare.

Le direct

Par Ndèye Khady LO, Sophie Ribstein et Geneviève Sagno

time_stated_uk

Premières réactions internationales

Suite à l'annonce de la démission de Mugabe, les réactions internationales n'ont pas tardé.

Theresa May, la Première ministre britannique, a déclaré que le Zimbabwe avait une opportunité d'être libéré de l'oppression qui caractérisait le gouvernement de M. Mugabe. Elle a également promis que la Grande-Bretagne soutiendrait les efforts pour reconstruire l'économie du pays sous un gouvernement légitime.

Les États-Unis et l'Alliance démocratique, le principal parti d'opposition en Afrique du Sud, ont également salué la nouvelle.

Theresa May
Getty Images
Theresa May

Mugabe en date-clés

Découvrez l'homme qui a dirigé le Zimbabwe avec une main de fer depuis 37 ans, soit l'indépendance du pays en 1980 :

• 1924 : Naissance

Formation d'enseignant

A travaillé au Ghana où il a rencontré sa première femme, Sally Hafron

• 1964 : Emprisonné par le gouvernement rhodésien

• 1980 : Remporte les élections post-indépendance

• 1996 : Mariage avec Grace Marufu, sa deuxième femme

• 2000 : Perd le référendum sur les terres agricoles appartenant à des blancs. L'hyperinflation au Zimbabwe a commencé en 2000, peu après la confiscation par le gouvernement de Robert Mugabe des fermes détenues par des Blancs.

• 2008 : Arrive en deuxième position au premier tour des élections contre Morgan Tsvangirai, le chef de l'opposition qui se retire du second tour au milieu des attaques contre ses partisans.

• 2009 : Tsvangirai devient Premier ministre

• 2016 : Pénurie de liquidités

• 2017 : Le vice-président Emmerson Mnangagwa est limogé

Fin de règne de Mugabe
Getty Images
Fin de règne de Mugabe

UrgentRobert Mugabe démissionne

Le président zimbabwéen Robert Mugabe a remis sa démission après 37 ans de pouvoir, a annoncé Jacob Mudenda, le président de l'Assemblée nationale lors d'une session extraordinaire du Parlement à Harare, qui débattait de sa destitution.

Robert Mugabe
Getty Images
Robert Mugabe

"Mugabe doit partir", selon des manifestants

Des manifestants appellent au départ du président Mugabe
EPA
Des manifestants appellent au départ du président Mugabe
Des partisans de Morgan Tsvangirai
EPA
Des partisans de Morgan Tsvangirai
Un manifestant demande la libération des prisonniers politiques
EPA
Un manifestant demande la libération des prisonniers politiques

Morgan Tsvangirai exige des élections "libres et transparentes"

Le principal leader de l'opposition zimbabwéenne exige des élections.

Morgan Tsvangirai a appelé à la tenue d'élections libres et transparentes.

Il a aussi appelé à la fin du règne de la Zanu-PF.

Le principal leader de l'opposition zimbabwéenne
AFP
Le principal leader de l'opposition zimbabwéenne

Zuma et Lourenço à Harare demain pour une médiation

Un porte-parole du président sud-africain a confirmé que ce dernier va se rendre à Harare mercredi en compagnie du président angolais Joao Lourenco pour une médiation dans la crise politique.

Jacob Zuma et Robert Mugabe
AFP
Jacob Zuma et Robert Mugabe

L'opposition soutient la motion de destitution

La motion de destitution contre le président Mugabe a été introduite par le parti au pouvoir Zanu-PF mais elle a aussi reçu le soutien du député de l'opposition James Maridadi, selon le président du Parlement

Mobilisation devant le Parlement

View more on twitter

La session a débuté alors que des centaines de personnes étaient massées à l'extérieur du siège du Parlement pour exiger le départ du chef de l'Etat, 93 ans, assigné à résidence depuis un coup de force de l'armée la semaine dernière.

Mugabe: début de la fin?

La direction de la Zanu-PF a démis M. Mugabe, 93 ans, de ses fonctions de président et exclu de ses rangs son épouse Grace Mugabe.
AFP
La direction de la Zanu-PF a démis M. Mugabe, 93 ans, de ses fonctions de président et exclu de ses rangs son épouse Grace Mugabe.

Le Parlement du Zimbabwe a ouvert mardi après-midi sa séance consacrée à l'examen d'une demande de destitution du président Robert Mugabe.

Le parti au pouvoir au Zimbabwe, la Zanu-PF, a enclenché une procédure de destitution contre le chef de l'Eta.

Ce dernier refuse avec obstination les appels à la démission depuis le coup de force de l'armée dans la nuit du 14 au 15 décembre.

Lors d'une réunion d'urgence dimanche, la direction de la Zanu-PF a démis M. Mugabe, 93 ans, de ses fonctions de président et exclu de ses rangs son épouse Grace Mugabe.

Dans sa résolution, la Zanu-PF accuse Robert Mugabe "d'avoir autorisé sa femme à usurper des pouvoirs" et de "ne plus être en capacité physique d'assurer son rôle".

Selon l'article 97 de la Constitution zimbabwéenne, l'Assemblée nationale et le Sénat peuvent engager à la majorité simple une procédure de révocation du président.

Une commission d'enquête est alors formée pour rédiger une résolution de destitution, qui doit être approuvée à la majorité des deux-tiers.

Ouattara demande à Mugabe de quitter le pouvoir

Le président ivoirien Alassane Ouattara a appelé vendredi son homologue zimbabwéen à quitter le pouvoir.
AFP
Le président ivoirien Alassane Ouattara a appelé vendredi son homologue zimbabwéen à quitter le pouvoir.

Le président ivoirien Alassane Ouattara a appelé vendredi son homologue zimbabwéen à quitter le pouvoir.

Selon lui, il faut que Robert Mugabe cède la place à une nouvelle génération.

M. Ouattara s'est dit opposé aux coups de forces.

Il a aussi confié qu’il a donné sa position au Président de l'UA, Alpha Condé sur le départ de Robert Mugabé.

Le président ivoirien s'est exprimé en marge du Salon International de l'Agriculture et des Ressources animales (SARA) à Abidjan.

En 2010, Robert Mugabe avait apporté son soutien à Laurent Gbagbo, le rival de M. Ouattara.

Il faut que le Président Mugabé quitte ses fonctions dans la dignité et cède son fauteuil. Les temps ont changé, »a déclaré Alassane Ouattara. « Nous voulons que la dignité de ce vieux combattant soit respectée

Alassane OuattaraPrésident ivoirien

Le chef des anciens combattants appelle à manifester samedi pour soutenir l'armée

View more on twitter

Le chef des anciens combattants,Christopher Mutsvangwa, appelle à manifester samedi pour soutenir l'armée

Selon lui, le règne du président Mugabe et de sa femme Grace est fini.

Il appelle Robert Mugabe à démissionner.

Mugabe a quitté l'université

Le président Robert Mugabe a quitté l'université après la cérémonie de remise de diplômes à laquelle il a assisté malgré sa mise en résidence surveillée.

La Chine et le Zimbabwe, des alliés fidèles

Les médias chinois minimisent toute suggestion selon laquelle la prise de contrôle de l'armée au Zimbabwe aura un effet sur les communautés chinoises du pays.

Le président chinois Xi Jinping (D) serre la main du président zimbabwéen Robert Mugabe (G) à son arrivée le 1er décembre 2015 à Harare.  Les deux dirigeants ont tenu des pourparlers et supervisé la signature par leurs ministres de 10 accords et mémorandums d'accord couvrant les marchés de l'énergie, de l'aviation, des télécommunications et de la promotion des investissements pour consolider l'économie zimbabwéenne
AFP
Le président chinois Xi Jinping (D) serre la main du président zimbabwéen Robert Mugabe (G) à son arrivée le 1er décembre 2015 à Harare. Les deux dirigeants ont tenu des pourparlers et supervisé la signature par leurs ministres de 10 accords et mémorandums d'accord couvrant les marchés de l'énergie, de l'aviation, des télécommunications et de la promotion des investissements pour consolider l'économie zimbabwéenne

Les médias chinois soulignent que les entreprises et les investisseurs chinois ne devraient pas s'inquiéter de l'impact de la "situation" actuelle.

La Chine est le plus grand partenaire commercial de l'Afrique et de nombreux ressortissants chinois vivent sur le continent.

Les dirigeants chinois entretiennent des relations de longue date avec le pays depuis la fin des années 1970 et depuis 2003, ils ont développé des relations commerciales particulièrement étroites avec le président zimbabwéen Robert Mugabe.

Marginalisé par les puissances occidentales, Mugabe a toujours pu compter sur le soutien inconditionnel de la Chine. De nombreuses visites officielles l’ont conduit à Pékin.

Un "transfert pacifique du pouvoir".

Premier investisseur et fournisseur de devise, la Chine à tout intérêt à ce que les relations entre les deux pays restent stables et durables.

Si l’on en croit The Paper, le site web affilié à l'État, "il n'y a pas eu de "coup d'État" dans le pays, mais un "transfert pacifique du pouvoir".

Et selon le journal officiel, le Global Times, Hu Xijin, "l'incident ... ne devrait pas avoir d'impact sur les relations entre la Chine et le Zimbabwe".

Première apparition publique de Mugabe

Mugabe applaudi à l'université du Zimbabwe

Le président Mugabe a débuté son discours à l'université de Zimbabwe où il a été applaudi par le public selon un témoin cité par l'agence Reuters.

View more on twitter

Mugabe assiste à une cérémonie de remise de prix à l'université

View more on twitter

Le président Robert Mugabe est arrivé à l'université de Zimbabwe à Harare, où il assiste à une cérémonie de remise de diplômes.

C'est sa première apparition publique depuis les événements de mercredi.

Robert Mugabe résiste

Le président du Zimbabwe refuse de céder le pouvoir malgré de multiples appels à démissionner.
BBC
Le président du Zimbabwe refuse de céder le pouvoir malgré de multiples appels à démissionner.

Le président du Zimbabwe refuse de céder le pouvoir malgré de multiples appels à démissionner.

Dans une allocution télévisée les militaires ont annoncé des pourparlers avec Mugabe.

Ils promettent d’informer le peuple sur les résultats des négociations.

Le leader de l’opposition estime que c’est dans l’intérêt du peuple que Mugabe démissionne.

Le gouvernement Mugabe : retour sur les faits

Retour sur les faits qui ont conduit à la prise de pouvoir du gouvernement Mugabe

La situation qui contraint Mugabe à une sortie par la petite porte

La situation en fin de journée

au Zimbabwe

Sophie Ribstein

BBC Africa, Johannesburg

  • La situation reste confuse au Zimbabwe, ou l'armée a pris le contrôle de la capitale Harare et a placé le président Robert Mugabe en résidence surveillée.
  • Le porte-parole de l'armée a assuré que ce n'était pas un coup d'Etat.
  • Mais des véhicules blindés ont été déployés près du parlement et des bâtiments gouvernementaux.
  • Des tirs et des explosions ont été entendus dans la capitale.
  • Les ambassades britannique et américaine au Zimbabwe ont conseillé à leurs ressortissants de rester à la maison.

Au Zimbabwe, une "transition assistée" dépouille Mugabe de son pouvoir

Les réactions mitigées

Zuma / Condé

  • La SADC, la Communauté de développement de l'Afrique australe dont le Zimbabwe est membre a annoncé l'envoi à Harare d'un émissaire spécial.
  • L'annonce intervient après l'appel du président en exercice de l'organisation sous regionale, le président sud-africain Jacob Zuma, pour une résolution à l'amiable ce qu'il qualifie "d'impasse politique".

Le président Jacob Zuma a exprimé son opposition à tout changement "inconstitutionnel" de régime au Zimbabwe.

  • Du côté de l'Union africaine (UA), le président en exercice, le chef de l'Etat guinéen Alpha Condé,a dénoncé "ce qui apparaît comme un coup d'Etat" au Zimbabwe, avant de demander aux militaires de "se soumettre à la légalité constitutionnelle".
Le président sud-africain Jacob Zuma (à gauche) et son homologue guinéen Alpha Condé à l'aéroport international de Conakry le 13 janvier 2015 lors d'une visite officielle pour exprimer leur solidarité avec les trois pays les plus touchés par le virus Ebola et renforcer la coopération entre la Guinée et l'Afrique du Sud
Getty Images
Le président sud-africain Jacob Zuma (à gauche) et son homologue guinéen Alpha Condé à l'aéroport international de Conakry le 13 janvier 2015 lors d'une visite officielle pour exprimer leur solidarité avec les trois pays les plus touchés par le virus Ebola et renforcer la coopération entre la Guinée et l'Afrique du Sud

"Ce n'est pas un coup d'état"

Des soldats au Zimbabwe ont pris le contrôle de la télévision d'Etat pour annoncer leur intention de saisir les proches du président Robert Mugabe qui, selon eux, sont à l’origine des problemens economiques et sociaux du pays.

Les forces armées ont nié qu'il s'agissait d'un coup d'État, bien que des tirs et des explosions ont été entendus dans la capitale, Harare.

Le général Sibusiso Moyo, chef d'état-major de l'armée du Zimbabwe a déclaré que le président Robert Mugabe et sa famille étaient en sécurité et que leur sécurité était garantie.

"Il ne s'agit pas d'un coup d'État"

Des militaires zimbabwéens contrôlent le trafic à Harare le 15 novembre 2017

L'armée a pris le contrôle du pays, des chars sont visibles dans les rues depuis mardi.

Des tirs ont été entendus dans les banlieues nord où vivent M. Mugabe et certains.

Harare
Getty Images

Au coeur de Harare, la capitale du Zimbabwe

Dès l’aube, on entendait des tirs dans certains quartiers de la capitale, Harare. Un calme précaire règne désormais dans la ville.

>�5n��

Harare
BBC

Mugabe, entre héros et tyran

Un portrait

LISEZ SON PORTRAIT ICI : Robert Mugabe entre héros et tyran

En 37 ans, Robert Mugabe a survécu à de nombreux adversaires politiques et plusieurs urgences médicales. Mais tandis que l'économie du Zimbabwe ne cesse de se détériorer, le contexte politique est de plus en plus tendu.

Depuis plusieurs années, Grace Mugabe s'est positionnée pour lui succéder. Depuis cinq ans, on assiste à une réelle montée en puissance. Elle est devenue présidente de la Ligue des femmes de la Zanu-PF et multiplie les alliés.

Cependant, il se peut qu'en se rangeant du côté de sa femme dans la bataille pour lui succéder, il soit allé trop loin et ait perdu le soutien des chefs militaires, qui l'ont maintenu au pouvoir jusqu'à maintenant.

À l'âge de 93 ans, la santé de l'homme de fer s'est visiblement détériorée cette année, même s'il s'est officiellement présenté à sa propre réélection l'année prochaine.

Depuis la prise de pouvoir de l'armée et la mise en détention surveillée du président zimbabwéen, tout risque de se jouer.

Le président Robert Mugabe soutien son épouse Grace lors d'un rallye pour qu'elle soit élue vice-présidente du parti après le limogeage d'Emerson Mnangagwa le 8 novembre 2017.
Getty Images
Le président Robert Mugabe soutien son épouse Grace lors d'un rallye pour qu'elle soit élue vice-présidente du parti après le limogeage d'Emerson Mnangagwa le 8 novembre 2017.

Boris Jonhson appelle à "s'abstenir de toute violence"

View more on twitter

Le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson a appelé mercredi les parties au Zimbabwe à "s'abstenir de toute violence" afin que le Zimbabwe reste un Etat "stable et prospère".

"Nous surveillons la situation de très près et notre ambassade fournit du soutien et des conseils aux ressortissants britanniques au Zimbabwe. Pour le moment, c'est très mouvant et c'est difficile de dire exactement comment cela va se passer", a déclaré le ministre dans un communiqué.

"Tout le monde veut un Zimbabwe stable et prospère. Nous appellons chacun à s'abstenir de toute violence, c'est crucial", a ajouté Boris Johnson.

"Vous aurez vu des images de militaires déployés dans la ville au cours de la nuit et je peux confirmer que les militaires restent déployés à des endroits stratégiques ce matin", a déclaré dans le même communiqué l'ambassadeur britannique à Harare, Simon Thomas.

L'ambassade est fermée mercredi en raison de "la situation incertaine".

Zuma dépêche deux ministres au Zimbabwe

Le président sud-africain Jacob Zuma a dépêché deux de ses ministres au Zimbabwe.

"Le président envoie la ministre de la Défense et des Anciens combattants, Nosiviwe Mapisa-Nqakula, et le ministre de la Sécurité d'Etat, Bongani Bongo, au Zimbabwe pour rencontrer le président Robert Mugabe et l'armée zimbabwéenne", a indiqué la présidence dans un communiqué.

Le président sud-africain Jacob Zuma a dépêché deux de ses ministres au Zimbabwe.
Getty Images
Le président sud-africain Jacob Zuma a dépêché deux de ses ministres au Zimbabwe.

Grace Mugabe qui était pressentie pour la succession de son mari a quitté son pays

Zimbabwe: Grace Mugabe annoncée en Namibie

Grace Mugabe
Getty Images
Grace Mugabe, Harare, octobre 2014

Le seul et unique chef d’état depuis l’indépendance en 1980, c’est avec sa deuxième épouse, Grace, à ses côtés que le président Mugabe a dirigé le pays d'une poigne de fer

Le président d'imbabwe Robert Mugabe et sa femme Grace lors d'une manifestation de soutien à Harare, le 30 novembre 2007.
AFP
Le président d'imbabwe Robert Mugabe et sa femme Grace lors d'une manifestation de soutien à Harare, le 30 novembre 2007.

Robert Mugabe - chronologie

Découvrez l'homme qui dirige le Zimbabwe avec une main de fer depuis 37 ans, soit l'indépendance du pays en 1980 :

• 1924: Naissance

• Formation d’enseignant

• A travaillé au Ghana où il a rencontré sa première femme, Sally Hafron

• 1964: Emprisonné par le gouvernement rhodésien

• 1980: Remporte les élections postindépendance

• 1996: Mariage à Grace Marufu, sa deuzième femme

• 2000: Perd le référendum sur les terres agricoles appartenant à des blancs

• 2008: Arrive en deuxième position au premier tour des élections contre Morgan Tsvangirai, le chef de l'opposition qui se retire du second tour au milieu des attaques contre ses partisans

• 2009: Tsvangirai devient Premier ministre

• 2016: Pénurie de liquidités

• 2017: Le Vice-président Emmerson Mnangagwa est limogé

Jacob Zuma confirme le confinement de Robert Mugabe

Dans une allocution télévisée, le président sud-africain Jacob Zuma a déclaré avoir parlé à M. Mugabe qui lui a dit qu'il allait bien mais qu'il était confiné chez lui en résidence surveillée. Il a appelé à la résolution pacifique de la situation tout en précisant qu’il était en contact avec l’armée.

Le président sud-africain Jacob Zuma
Getty Images
Le président sud-africain Jacob Zuma

"Mnangagwa est derrière les militaires", selon un député de l'opposition

Mnangagwa a été le président des opérations conjointe du commandement militaire, une structure qui existe depuis l'indépendance du Zimbabwe.
AFP
Mnangagwa a été le président des opérations conjointes du commandement militaire, une structure qui existe depuis l'indépendance du Zimbabwe.

Eddie Cross, un député du principal parti d'opposition , a déclaré à la BBC qu'il pense que l'ancien vice-président Emmerson Mnangagwa est derrière les évènements.

Selon lui, le vice-président limogé la semaine passé est forcément le commanditaire des actions entreprises par les militaires.

Mnangagwa a été le président des opérations conjointe du commandement militaire, une structure qui existe depuis l'indépendance du Zimbabwe.

"Des évenements comme cela ne peuvent se passer sans son aval. Vous allez vite entendre que Mugabe se retire de la vie politique et qu'il le choisit comme successeur",a-t-il indiqué

Déclaration télévisée de l'armée

Zuma appelle au calme

Le président sud-africain Jacob Zuma a réagi et a appelé au calme au Zimbabwe voisin.

Jacob Zuma exhorte le gouvernement de la République du Zimbabwe et les forces armées "à résoudre à l’amiable l'impasse politique et à veiller à ce que la paix et de la sécurité soient maintenues dans le pays.

La communauté de développement d’Afrique australe, la SADC, continuera à suivre de près la situation et est prête à apporter son aide si nécessaire pour résoudre l'impasse politique en accord avec les protocoles et processus établis de la SADC" », indique un communiqué de la présidence sud-africaine.

Jacob Zuma exhorte  le gouvernement de la République du Zimbabwe et les forces armées "à résoudre à l’amiable l'impasse politique
AFP
Jacob Zuma exhorte le gouvernement de la République du Zimbabwe et les forces armées "à résoudre à l’amiable l'impasse politique

Les Britanniques appelés à rester chez eux

Le ministère des Affaires étrangères du Royaume-Uni a appelé les citoyens britanniques résidant à Harare, la capitale du Zimbabwe, de rester en sécurité chez eux vue la situation d’incertitude politique.

Pas de perturbation du trafic aérien

Kudzai Chipanga, le leader des jeunes de la Zanu-PF, arrêté

View more on twitter

Kudzai Chipanga, le leader des jeunes de la Zanu-PF a été arrêté à Harare.

Cette arrestation survient un jour après qu'il a déclaré que lui et ses camarades sont prêts à mourrir pour défendre le président Mugabe.

Les jeunes du parti au pouvoir soutiennent la femme du président, Grace Mugabe dont ils veulent faire le dauphin du président.

Des véhicules blindés ont pris le contrôle de points stratégiques de Harare

Des blindés de l’armée contrôlent mercredi matin les accès au Parlement, au siège delà Zanu PF, le parti au pouvoir, et aux bureaux où le président Robert Mugabe réunit son gouvernement.
Reuters
Des blindés de l’armée contrôlent mercredi matin les accès au Parlement, au siège delà Zanu PF, le parti au pouvoir, et aux bureaux où le président Robert Mugabe réunit son gouvernement.

Des blindés de l’armée contrôlent mercredi matin les accès au Parlement, au siège delà Zanu PF, le parti au pouvoir, et aux bureaux où le président Robert Mugabe réunit son gouvernement.

Cette nuit, dans un message lu à la télévision nationale, le général Sibusiso Moyo, a toutefois expliqué que cette opération n’était pas un coup d’Etat contre le gouvernement et que Robert Mugabe et sa famille étaient sains et saufs et en sécurité.

Des véhicules blindés patrouillent à Hararé
Reuters
Des véhicules blindés patrouillent à Hararé

L'armée dément un coup d'Etat

Des officiers de l'armée du Zimbabwe ont annoncé être intervenus dans la nuit de mardi à mercredi pour éliminer des "criminels" proches du président Robert Mugabe mais ont démenti toute tentative de coup d'Etat.

"Nous ne faisons que viser les criminels qui l'entourent", a-t-il poursuivi, "dès que notre mission sera accomplie, nous nous attendons à ce que la situation retourne à la normale".

"Nous assurons à la Nation que son Excellence le président sa famille sont sains et saufs et que leur sécurité est garantie", a-t-il également ajouté.

Des échanges de tirs nourris ont été entendus dans la nuit de mardi à mercredi près de la résidence privée de Robert Mugabe dans la capitale Harare.

Mardi, un convoi de blindés avait été observé en mouvement près de la capitale, nourrissant les rumeurs d'un coup d'Etat militaire en préparation contre le président, qui règne sans partage sur le pays depuis son indépendance en 1980.

La confusion règne ce mercredi matin autour du sort du chef d'état-major de l'armée.

Dans un message lu dans la nuit à la télévision nationale, le général Sibusiso Moyo a affirmé que l'armée n'avait pas mené de "coup d'Etat contre le gouvernement".
Getty Images
Dans un message lu dans la nuit à la télévision nationale, le général Sibusiso Moyo a affirmé que l'armée n'avait pas mené de "coup d'Etat contre le gouvernement".