Un réfugié syrien se fait exploser en Allemagne

Un réfugié syrien de 27 ans s'est fait exploser, dimanche soir, devant un restaurant, à l'entrée d'un festival de musique à Ansbach (Bavière), faisant 12 blessés dont trois graves.

L'assaillant a été tué dans l'explosion.

Joachim Herrmann, le ministre bavarois de l'intérieur, a affirmé que l'homme a déclenché un engin explosif contenu dans son sac à dos.

Plus tôt dans la soirée, l'auteur de l'attaque avait tenté de se rendre sur le site du festival, mais il a été refoulé à l'entrée, car il n'avait pas de ticket.

L'événement musical a été interrompu et plus de 2 500 personnes ont été évacuées.

C'est la troisième fois en une semaine que l'Etat régional de Bavière est frappé par un drame.

Vendredi soir, un jeune homme de 18 ans, obsédé par les tueries de masse, a tué neuf personnes à Munich et en a blessé grièvement 11 autres lors d'une fusillade.

Le 18 juillet, un demandeur d'asile se disant de nationalité afghane avait déjà blessé à la hache cinq personnes dans un train à Würzburg, lors d'une attaque revendiquée par le groupe djihadiste Etat islamique.

Copyright de l’image EPA
Image caption La police a bouclé le centre-ville d'Ansbach.
Copyright de l’image EPA
Image caption Trois blessés sont dans un état grave.

L'explosion a eu lieu à 22h10 (20h10 GMT) devant le restaurant Eugens Weinstube au centre-ville d'Ansbach.

D'après la police, trois blessés sont dans un état grave.

Le ministre bavarois de l'intérieur, Joachim Herrmann a assuré que le suspect était arrivé de Syrie en Allemagne il y a deux ans. Sa demande d'asile a été rejetée il y a un an. Mais étant donné la situation dans son pays d'origine, il vivait à Ansbach muni d'un titre provisoire de séjour.

Le ministre s'est dit "furieux"et a ajouté que cette attaque a démontré la nécessité de "renforcer les contrôles des personnes qui vivent dans le pays."

Copyright de l’image AP
Image caption Un policier examine un sac à dos dans une rue d'Ansbach.

Joachim Herrmann a précisé que le suspect avait déjà tenté de se suicider à deux reprises et avait fait un séjour en clinique psychiatrique.

Le ministre a expliqué que les autorités cherchaient à vérifier s'il s'agissait d'un attentat islamiste. "On ne peut pas exclure que ce soit le cas, a-t-il dit. Le fait qu'il ait voulu attenter à la vie d'autrui plaide en faveur de cette hypothèse."

Mais la quantité d'explosifs retrouvés dans son sac à dos était suffisante pour faire un grand nombre de victimes.