Le Sénat brésilien vote pour un procès en destitution de Dilma Rousseff

Le Sénat brésilien vote pour un procès en destitution de Dilma Rousseff, Brasilia, Brésil, 9 août 2016 Copyright de l’image Reuters
Image caption Le Sénat brésilien vote pour un procès en destitution de Dilma Rousseff, Brasilia, Brésil, 9 août 2016

Le Sénat brésilien a voté pour un procès en destitution de la présidente suspendue Dilma Rousseff, accusée d'avoir enfreint la loi sur le budget.

Le président de la Cour suprême Ricardo Lewandowski a dit aux sénateurs qu'ils étaient sur le point d'"exercer l'une des tâches les plus graves en vertu de la constitution."

Après un débat marathon tenu mercredi, le Sénat a obtenu la majorité nécessaire pour décider de poursuivre Mme Rousseff en justice.

Le Sénat a voté à 59 voix contre 21 en faveur du procès contre Mme Rousseff susceptible de conduire à sa sortie définitive, peu après la fin des Jeux Olympiques de Rio.

Le Sénat avait suspendu Mme Rousseff en mai dernier pour des pratiques comptables présumées illégales.

Copyright de l’image Reuters
Image caption Le Sénat brésilien vote pour un procès en destitution de Dilma Rousseff, Brasilia, Brésil, 9 août 2016

Mme Rousseff, réélue pour un second mandat de quatre ans fin 2014, est accusée d'avoir maquillé les comptes publics et d'avoir contracté des prêts non autorisés auprès de banques d'État, pour stimuler le budget national avant sa réélection.

La présidente a déclaré que ces pratiques étaient courantes dans les administrations précédentes.

Ses alliés du Parti des travailleurs ont fait remarquer que la plupart des membres du Congrès brésilien qui l'accusent sont eux-mêmes impliqués dans des affaires de corruption.

Copyright de l’image Reuters
Image caption Les partisans de Dilma Rousseff ont protesté dans plusieurs villes à travers le Brésil

Si Mme Rousseff est démise de ses fonctions, le président par intérim et ancien colistier Michel Temer restera dans le fauteuil présidentiel jusqu'aux prochaines élections de 2018.

Mme Rousseff l'a accusé d'avoir orchestré un coup d'Etat politique contre elle.

Aux Jeux Olympiques de la cérémonie d'ouverture, M. Temer a attiré des huées de la foule en déclarant les jeux ouverts.

Diverses manifestations ont eu lieu contre lui avant les jeux, sur un certain nombre de sites olympiques.

Lire plus