Syrie : les habitants de Manjib célèbrent la libération

Une femme fume une cigarette, un acte qui était interdit sous l'Etat islamique. Copyright de l’image Reuters
Image caption Une femme fume une cigarette, un acte qui était interdit sous l'Etat islamique.

Deux mois de siège et de combats ont pris fin à Manbij, ancien bastion de l'organisation Etat islamique (EI) stratégiquement situé à proximité de la frontière turco-syrienne.

Les habitants ont fêté leur libération, les hommes coupant leurs barbes, les femmes ôtant les burkas.

Dans les rues de la ville, les habitants ont joui de libertés dont ils ont été privés ces deux dernières années, comme le fait de fumer.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance dominée par les combattants kurdes et soutenue par la coalition internationale contre l'EI, ont combattu pendant 73 jours pour libérer la ville.

Près de 2000 civils, qui avaient été utilisés comme des boucliers humains pendant les affrontements, ont été libérés.

Copyright de l’image Reuters
Image caption Un homme, heureux d'être libre, se fait couper la barbe.
Copyright de l’image Reuters
Image caption Cette femme brûle son niqab pour marquer la fin du règne de l'EI.
Copyright de l’image Reuters
Image caption Certains habitants de Manbij étaient en pleurs après avoir été libérés.

L'agence de presse Reuters a interrogé un habitant qui a désigné l'endroit où une victime de l'EI a été décapitée : 'ils ont utilisé l'excuse de dire qu'il ne croyait pas en Dieu et ils lui ont coupé la tête. C'est injuste', a-t-il raconté.

'Je suis tellement heureuse et c'est comme si je rêvais. Je ne peux pas y croire. J'ai vu des choses que personne d'autre n'a vu', s'est ecriée une femme.

Une autre femme a remercié les combattants qui l'ont libérée : 'Vous êtes nos enfants, vous êtes nos héros, vous êtes le sang qui coule dans nos cœurs !'

Copyright de l’image Reuters
Image caption Une femme de Manbij embrasse une combattante des Forces démocratiques syriennes (FDS).
Copyright de l’image Reuters
Image caption Des femmes et des hommes des Forces démocratiques syriennes ont combattu pendant plus de deux mois pour reprendre le contrôle de la ville.

Il s'agirait de l'avancée la plus significative de cette coalition des combattants kurdes soutenue par l'alliance internationale, depuis le début de l'offensive militaire contre l'EI, il y a deux ans.

La ville de Manbij a été qualifiée de plaque tournante vers l'Europe pour l'EI dans le nord de la Syrie. Pour les militants de l'EI, la localité servait aussi de carrefour de ravitaillement vital entre la Turquie et le territoire qu'ils contrôlent en Syrie.

'Après la libération de Manbij, les membres de l'EI ne vont plus pouvoir aller et venir librement en Europe', a déclaré Salih Muslim, le leader kurde syrien.

Des sources officielles américaines affirment qu'après la libération de Manbij, la coalition a l'intention de reprendre le contrôle de Raqqa.

Avec une population estimée entre 250 000 et 500 000 habitants, la région de Raqqa est devenue la capitale de facto du groupe Etat islamique (EI) en Syrie.

En plus de l'alliance des combattants kurdes et arabes soutenus par les Etats-Unis, les militants de l'EI sont également sous pression des forces du gouvernement syrien soutenues par la Russie .

Il y a deux jours, les frappes aériennes russes ont coupé l'approvisionnement en eau de la ville.