Brésil: ultime intervention de Dilma Roussef

Son ancien vice-président Michel Temer assure l'intérim depuis sa suspension le 12 mai par un vote de plus des deux tiers des sénateurs. Copyright de l’image EPA
Image caption Si Mme Rousseff est écartée du pouvoir, elle ne pourra plus occuper de fonctions publiques pendant huit ans.

La présidente suspendue du Brésil Dilma Rousseff a comparu lundi au Sénat pour se défendre personnellement dans son procès en destitution.

Elle est accusée d'avoir maquillé des comptes publics pour dissimuler l'ampleur du déficit et l'approbation de décrets engageant des dépenses sans l'approbation du Parlement.

Elle clame son innocence et dénonce un "coup d'Etat" institutionnel

Près de 200 personnes s'étaient rassemblées à l'entrée du Sénat à Brasilia pour la soutenir.

Les Sénateurs vont voter mardi ou mercredi pour ou contre sa destitution.

Un "oui" des deux tiers des sénateurs (54 sur 81) est requis pour prononcer la destitution.

Si elle est écartée du pouvoir, elle ne pourra plus occuper de fonctions publiques pendant huit ans.

Par contre si elle est innocentée, Dilma Roussef retrouvera son mandat qui prend fin en 2018.