Le chimiste Bayer veut racheter Monsanto

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Récolte du maïs.

Monsanto, le géant américain des semences et des pesticides agricoles, a reçu une offre sans précédent de rachat par Bayer, le géant allemand de la chimie, après des mois de négociations.

Cette tentative de nouvelle consolidation du secteur de l'agrochimie est dénoncée par les écologistes et les petits agriculteurs américains qui demandent à l'administration Obama de bloquer la fusion de Monsanto avec Bayer.

Bayer propose 65 milliards de dollars à Monsanto. Cette offre de rachat bat tous les records.

Monsanto, dont le siège est à Saint Louis, dans le Missouri, qualifie de "constructives" les discussions avec Bayer, mais souligne que le géant allemand de la chimie n'est pas la seule entreprise à lui avoir fait une proposition.

Si Monsanto et Bayer parvenaient à un accord, la nouvelle compagnie issue de cette fusion serait le numéro un mondial de l'agrochimie, devenant le plus gros producteur mondial de semences et d'herbicides.

Copyright de l’image Getty Images

Les quatre concurrents de Monsanto et de Bayer ont récemment fusionné pour former deux énormes entreprises : ChemChina, le géant chinois, a fusionné avec le Suisse Syngenta, et les deux poids lourd américains Dow et DuPont se sont alliés.

Désormais, le marché mondial des graines et des pesticides agricoles est dominé par quatre entreprises. Si Monsanto et Bayer fusionnaient, ce marché serait contrôlé par trois compagnies seulement.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Des poivrons issus de semences génétiquement modifiées Monsanto.

Cette situation est "intolérable" aux yeux des écologistes et des syndicats d'agriculteurs non industriels. D'autant que Monsanto est peut-être la compagnie la plus vilipendée au monde, à cause de son herbicide Roundup, reconnu par l'Organisation mondiale de la santé comme "probablement cancérigène" et de ses semences génétiquement modifiées dont certaines sont interdites dans plusieurs pays.

Greenpeace, Les Amis de la Terre, Farm Aid ainsi que des mouvements de consommateurs dénoncent ce qu'ils appellent " la fusion infernale " envisagée par Monsanto et Bayer.

Ils demandent à Loretta Lynch, la ministre de la justice de Barack Obama, d'empêcher cette fusion en s'appuyant sur les lois anti-trust en vigueur aux Etats-Unis.

Ils affirment que cette fusion conduirait à la ruine de nombreux agriculteurs en limitant leurs choix de fournisseurs, en augmentant le prix des semences et des herbicides, et en provoquant par conséquent une hausse des prix des denrées alimentaires pour le grand public.

De leur côté, Bayer et Monsanto maintiennent que leur fusion assurerait la complémentarité des semences et des herbicides proposés aux exploitants agricoles et contribuerait ainsi à augmenter le rendement de leurs terres.