Le hajj : tensions entre l’Iran et l’Arabie Saoudite

Les Iraniens n'auront pas cette chance cette année, ils sont privés de l'un des cinq piliers de l'Islam. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les Iraniens n'auront pas cette chance cette année, ils sont privés de l'un des cinq piliers de l'Islam.

Les musulmans du monde entier se préparent ce samedi 10 septembre à se rendre en Arabie Saoudite afin d'accomplir leur pèlerinage à la Mecque.

Mais les Iraniens n'auront pas cette chance cette année, ils sont privés de l'un des cinq piliers de l'Islam.

Les deux pays n'ont pas pu trouver un accord sur la participation des Iraniens au hajj.

Il s'agit d'une première depuis trente ans. Lors du précèdent pèlerinage, une bousculade mortelle avait fait 2 300 victimes dont plus de 450 Iraniens.

Ali Khamenei, le guide suprême iranien a estimé mercredi devant les proches des victimes que la famille royale saoudienne ''maudite et maléfique ne mérite pas de gérer les lieux saints'' de l'islam.

Le même jour, le président Hassan Rohani a enfoncé le clou en lançant un appel aux pays musulmans à joindre leur force afin de '' punir le gouvernement saoudien'' pour ses ''crimes '' au Proche-Orient.

En effet, les relations entre les deux puissances régionales sont tendues depuis longtemps, notamment à cause des luttes d'influence dans les conflits au Yémen et en Syrie.

Depuis janvier dernier, les deux pays n'entretiennent plus de relations diplomatiques à l'initiative de Ryad.

Cela fait suite à l'attaque de son ambassade en Iran par des manifestants qui ont protesté contre l'exécution en Arabie du cheikh chiite Nimr Baqer al-Nimr.