Pétrole : baisse de la production

Bijan Namdar Zanganeh Copyright de l’image AP
Image caption Bijan Namdar Zanganeh, le ministre iranien du Pétrole, dont le pays va augmenter sa production, à rebours de la décision des autres membres de l'OPEP.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a annoncé mercredi une baisse d'environ 700 000 barils de la production pétrolière journalière.

La production de pétrole par jour va passer d'environ 33 millions de barils par jour à 32,5 millions de barils, selon les pays membres, qui ont tenu une réunion, mercredi, à Alger.

Il s'agit de la plus forte réduction de la production depuis 2008.

Cette réduction devrait permettre aux pays producteurs de relever le cours du pétrole, qui est en nette baisse, à la suite d'une offre excédentaire depuis plusieurs mois.

Conséquence de la décision prise à Alger, le prix du baril de Brent a augmenté d'environ 5 % aux Etats-Unis, selon l'agence Reuters.

Une mesure "historique"

L'accord conclu en faveur de la réduction de la production est "historique", selon le ministre qatari de l'Energie, Mohamed Saleh Al-Sada, qui a pris part à la réunion de l'OPEP, dans la capitale algérienne.

Les modalités de la mise en œuvre de l'accord seront discutées lors du sommet de l'organisation, à Vienne, le 30 novembre prochain.

Le niveau de la baisse va varier selon les pays membres de l'OPEP.

L'Iran a même convenu avec les autres membres de l'organisation d'augmenter sa production.

La réduction des prix du pétrole, de 2014 à maintenant, a entraîné des difficultés financières dans les pays producteurs.

Le Venezuela et l'Angola ont vu les prix de leur production de brut baisser de 60 %.En raison de la réduction des prix, l'Arabie Saoudite, l'un des plus grands producteurs, a baissé les salaires de ses ministres de 20 % et a réduit les avantages financiers de ses fonctionnaires.

Sur le même sujet

Lire plus