Crise des migrants: la Turquie menace d'ouvrir les frontières vers l'Europe

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a averti qu'il laisserait des centaines de milliers de migrants voyager en Europe si les négociations à son adhésion à l'Union européenne sont gelées. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a averti qu'il laisserait des centaines de milliers de migrants voyager en Europe si les négociations à son adhésion à l'Union européenne sont gelées.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a averti qu'il laisserait des centaines de milliers de migrants voyager en Europe si les négociations à son adhésion à l'Union européenne sont gelées.

Il a réagi à un vote non contraignant du Parlement européen demandant de geler les pourparlers sur l'adhésion de l'UE à la Turquie.

Les députés européens ont été alarmés par la réponse "disproportionnée" de M. Erdogan face à une tentative de coup d'État échouée en juillet.

Le nombre de migrants atteignant les îles grecques a diminué depuis un accord UE-Turquie en mars pour freiner l'afflux.

Le président Erdogan a accusé l'UE de rompre ses promesses. Dans le cadre de l'accord de mars, la Turquie s'est vu promettre de l'aide financière, des voyages sans visa pour ses ressortissants et des négociations d'adhésion accélérées.

"Écoutez-moi: ces frontières seront ouvertes si vous allez plus loin", a-t-il averti vendredi.

Une porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel, Ulrike Demmer, a déclaré que l'accord est dans "l'intérêt de toutes les parties" et que "les menaces n'avancent à rien".