Quatre grandes villes disent non au diesel d'ici 2025

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a révélé qu'environ trois millions de décès chaque année sont liés à la pollution atmosphérique extérieure causée par les moteurs diesel. Copyright de l’image AFP
Image caption L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a révélé qu'environ trois millions de décès chaque année sont liés à la pollution atmosphérique extérieure causée par les moteurs diesel.

Les dirigeants de quatre grandes villes mondiales disent qu'ils cesseront d'utiliser tous les véhicules à moteur diesel au milieu de la prochaine décennie.

Les maires de Paris, de Mexico, de Madrid et d'Athènes disent vouloir améliorer la qualité de l'air.

Comme alternative, ils proposent d'utiliser des véhicules de remplacement et de promouvoir la marche et le cyclisme. Ils ont pris ces engagements au Mexique, lors d'une réunion biennale des dirigeants municipaux.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a révélé qu'environ trois millions de décès chaque année sont liés à la pollution atmosphérique extérieure causée par les moteurs diesel qui produisent des particules (PM) contribuant aux maladies cardiovasculaires et à la mort, et des oxydes d'azote (NOx) causant des difficultés respiratoires.

Au fur et à mesure que les preuves sont montrées, les environnementalistes se sont battus pour faire appliquer des règlements clairs sur l'air, s'inspirant du Royaume-Uni, où les militants ont récemment réussi à forcer les autorités à agir plus vite.