Duterte : "J'ai tué des trafiquants de drogue"

Le président philippin reconnait publiquement avoir tué des trafiquants de drogues présumés à l'époque où il était maire de Davao, une ville du sud du pays.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le président philippin reconnait publiquement avoir tué des trafiquants de drogues présumés à l'époque où il était maire de Davao, une ville du sud du pays.

"A Davao, je le faisais personnellement, juste pour montrer aux gars (de la police) que si je peux le faire, pourquoi ne pourraient-ils pas le faire", a lancé Rodrigo Duterte.

"J'allais dans Davao avec une moto et je patrouillais dans les rues, à la recherche de problèmes. Je cherchais vraiment l'affrontement pour pouvoir tuer".

Le président philippin reconnait publiquement avoir tué des trafiquants de drogues présumés à l'époque où il était maire de Davao, une ville du sud du pays.

Il a fait ces commentaires lundi soir au palais présidentiel devant des hommes d'affaires avec lesquels il évoquait sa campagne contre la drogue qui a fait des milliers de morts depuis son entrée en fonction le 30 juin, victimes abattues par la police ou des inconnus.

Rodrigo Duterte explique avoir voulu "montrer" l'exemple à la police.

Des propos tenus lors d'un discours devant des hommes d'affaires avec lesquels il évoquait sa campagne contre la drogue qui a fait plus de 5.000 morts depuis son entrée en fonction le 30 juin.

Le président philippin Rodrigo Duterte a affirmé avoir personnellement tué des criminels présumés à l'époque où il était maire de Davao, grande ville du sud de l'archipel, afin de montrer l'exemple à la police.

Après avoir parlé des meurtres commis par des policiers, M. Duterte a expliqué qu'il avait agi de manière similaire lorsqu'il était maire de Davao, ville qu'il a gouvernée pendant le plus clair des 20 dernières années.

L'avocat de 71 ans a répliqué aux objections des défenseurs des droits de l'Homme et du président américain Barack Obama en assurant qu'ils ne l'intimideraient pas avec leurs critiques et qu'il n'allait pas s'arrêter là.