Noël : RSF pense aux journalistes en prison

Reporters sans frontières demande de penser à tous les journalistes emprisonnés dans le monde et qui ne pourront pas passer Noël en famille Copyright de l’image RSF
Image caption Reporters sans frontières demande de penser à tous les journalistes emprisonnés dans le monde et qui ne pourront pas passer Noël en famille

Au moment où Noël se fête, Reporters Sans Frontières demande au monde entier d'avoir une pensée pour les journalistes qui sont en prison et qui ne verront pas leur famille.

L'organisation en a cité quatre : le Turc Kadri Gursel, l'Iranienne Narges Mohammadi, le Turkmène Khoudaïberdy Allachov et l'Algérien Hassan Bouras, tous arrêtés dans le cadre de leur travail.

"Nous ne les oublierons pas. Nous continuerons de faire campagne pour leur libération", a déclaré l'organisation de défense des droits des journalistes.

Kadri Gursel (Turquie) est un célèbre chroniqueur francophone qui avait rejoint RSF à Paris lors de la Journée mondiale de la liberté de la presse tenue le 3 mai 2016 pour parler de la situation des journalistes turcs.

Il a été arrêté en octobre et reste "toujours en prison comme tant d'autres journalistes turcs", dénonce RSF.

L'Iranienne Narges Mohammadi est une journaliste qui a travaillé en étroite collaboration avec la lauréate du prix Nobel de la paix Shirin Ebadi à titre de porte-parole du Centre pour les défenseurs des droits de l'homme.

Selon RSF, "cette courageuse femme a été condamnée à dix ans de prison le 18 mai 2016". C'est seulement après avoir entamé une grève de la faim qu'elle a été autorisée à parler à ses enfants au téléphone.

Il y a aussi le cas du correspondant Turkmène de Radio Liberty, Khoudaïberdy Allachov, qui a travaillé sur des sujets sensibles comme les pénuries alimentaires.

Il est détenu depuis le 3 décembre pour le motif de posséder du tabac. Il serait très mal en point selon les témoignages des dernières personnes qui l'avaient vu dans un poste de police.

Le journaliste Algérien Hassan Bouras "fervent défenseur de la liberté des médias sera probablement toujours en prison à l'occasion de son cinquantième anniversaire le 1er janvier", regrette RSF.

"Il est détenu depuis le 28 novembre pour avoir attiré l'attention sur des cas de corruption policière et judiciaire et de détournement de fonds", a révélé RSF qui a lancé une pétition pour sa libération.