Woelab, le laboratoire qui recycle les déchets électroniques

La w. Afate est la première imprimante africaine open source 100% recyclage Copyright de l’image Woelab
Image caption La w. Afate est la première imprimante africaine open source 100 % recyclage

Que faire des déchets électroniques déversés dans les décharges africaines ? Au Togo, des jeunes les recyclent et en fabriquent des appareils ingénieux. L'imprimante 3D W.Afate est l'un des projets sorti tout droit de ce laboratoire peu ordinaire.

A Woelab, rien ne se perd, tout se recycle. Du moins, tout ce qui est D3E (déchets d'équipements électriques et électroniques).

Basé à Lomé, ce fablab (laboratoire de fabrication) a été fondé par Sénamé Koffi Agbodjinou, un jeune architecte et anthropologue togolais.

Son "tech hub" regroupe une trentaine de jeunes qui fabriquent des appareils divers à base de composants collectés dans des poubelles géantes.

Copyright de l’image Woelab
Image caption Sénamé Koffi Agbodjinou (G) et 3 autres makers à l'origine du lancement de la W.afate

C'est de là qu'est née la W.Afate 3D Printer, l'imprimante 3D issue de déchets électroniques. Déjà une demi-douzaine de modèles vendus, dont trois en France, un dans un musée au Rwanda et une acquise par un Togolais de la diaspora. Les jeunes entrepreneurs travaillent actuellement sur le processus de production pour voir comment le rendre plus rapide.

Passionnés de technologies

C'est en 2012 que Sénamé découvre en Europe, le mouvement des makers, un mouvement "de personnes passionnées de technologies qui essaient de buissonner les approches classiques qu'on a de la production", précise l'entrepreneur togolais. Ce dernier est tout de suite séduit par le mouvement et décide de l'importer en Afrique.

Pour le tester, il met en place un espace de créativité ouvert et participatif. Au-delà des motivations technologiques, économiques et écologiques, il y a un intérêt social. Celui de créer un écosystème d'innovation, de développement du savoir-faire humain. Un lieu d'expression privilégié de la "Démocratie Technologique", de la diffusion d'une "connaissance Low High Tech accessible à tous".

Copyright de l’image Woelab
Image caption La W. Afate 3D Printer

Woelab demeure donc avant tout, un espace d'assistance mutuelle bénévole, d'accompagnement technologique gratuit pour "les artisans du quartier". Une sorte de reconquête du pouvoir de faire, la recherche d'une Intelligence Globale.

C'est à la fois, un fab lab, un incubateur de start-up et un lieu de formation informelle. Le projet urbain a même été remarqué par la NASA en 2013 et a terminé dans le top 30 (sur plus de 700 projets dans le monde) des finalistes du "Special Challenge" organisé chaque année par l'agence spatiale américaine.

Sénamé Koffi Agbodjinou est l'invité de Rémy NSABIMANA, dans Afrique Avenir, une émission radio ce mercredi 11 décembre à 10H02 GMT. Rediffusion à 16H10 et vendredi à 18H30 GMT.

Sur le même sujet