Le groupe EI perd du terrain en Syrie et en Irak

La reprise de l'aéroport va ouvrir la voie à un assaut sur la périphérie sud-ouest de Mossoul, à proximité des rives du Tigre, le fleuve qui coupe la ville en deux. Copyright de l’image Getty Images
Image caption La reprise de l'aéroport va ouvrir la voie à un assaut sur la périphérie sud-ouest de Mossoul, à proximité des rives du Tigre, le fleuve qui coupe la ville en deux.

Les forces irakiennes ont affirmé avoir pris le contrôle de de l'aéroport désaffecté de Mossoul, où elles combattent les djihadistes qui défendent les derniers quartiers sous leur contrôle dans la deuxième ville d'Irak.

L'assaut a été déclenché au cinquième jour de l'offensive pour finir de reprendre la totalité de Mossoul, dernier grand bastion du groupe Etat islamique (EI) en Irak.

L'avancée des forces irakiennes est soutenue par des frappes aériennes de la coalition internationale dirigée par Washington. Des véhicules blindés américains circulaient également vers l'aéroport.

La reprise de l'aéroport va ouvrir la voie à un assaut sur la périphérie sud-ouest de Mossoul, à proximité des rives du Tigre, le fleuve qui coupe la ville en deux.

A Alep, trois groupes rebelles syriens pro-turcs ont annoncé jeudi avoir pris la ville d'Al-Bab, fief du groupe Etat islamique (EI) dans la province septentrionale d'Alep.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les rebelles ont pris près de la moitié des quartiers de cette ville, mais des combattants de l'EI s'y trouvaient encore.

Si la reprise totale d'Al-Bab était confirmée par la Turquie, cela représenterait un succès majeur pour Ankara qui avait lancé fin août une opération militaire dans le nord de la Syrie pour chasser les djihadistes des environs de sa frontière.