Viols en RCA : vers un non-lieu

Un soldat français de l'opération Sangaris dont certains ont été accusés d'abus sexuels sur des enfants centrafricains Copyright de l’image Getty Images
Image caption Un soldat français de l'opération Sangaris dont certains ont été accusés d'abus sexuels sur des enfants centrafricains

Le parquet de Paris a demandé l'arrêt des poursuites contre les soldats français de l'opération Sangaris accusés de viols sur des enfants en République centrafricaine.

L'instruction a été ouverte en mai 2015 après que six enfants âgés de neuf à treize ans avaient accusé des soldats français qui avaient abusé d'eux en échange de nourriture.

Les faits remontent à décembre 2013 dans un camp de déplacés à Bangui, la capitale de la République centrafricaine.

Une enquête des juges français et de la police militaire a pu révéler des contre-vérités dans les récits de certains enfants interrogés.

"Il ne peut être affirmé qu'aucun abus sexuel n'a été commis, mais les éléments recueillis ne permettent pas d'établir des faits circonstanciés à l'encontre des militaires", a déclaré un juge.

Par conséquent, aucune mise en examen n'a été prononcée dans cette affaire même si les associations de défense des droits des enfants exigent une expertise pour déterminer si la confusion dans les réponses fournies par les enfants n'était pas liée à un traumatisme.

Sur le même sujet