Trump-Russie: pour une enquête approfondie

Le démocrate Mark Warner (G) et Richard Burr, le président du Comité du renseignement du Sénat Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le démocrate Mark Warner (G) et Richard Burr, le président du Comité du renseignement du Sénat

Les dirigeants républicains et démocrates membres d'un comité d'investigation du Sénat travaillant sur l'ingérence supposée de la Russie aux élections américaines ont promis une enquête approfondie.

Le président du Comité du renseignement du Sénat, Richard Burr, a déclaré que le comité n'hésiterait pas à se soustraire à la vérité.

"La portée de cette enquête ira partout où l'intelligence mènera", a-t-il dit.

Sur la question d'éventuels liens entre Trump et l'ingérence de la Russie, il a signalé que leur défi "est de répondre à cette question pour le peuple américain".

L'audience du Sénat commence jeudi. Jared Kushner, le beau-fils du président Donald Trump, devrait comparaître la semaine prochaine.

L'ancien directeur de l'Agence nationale de sécurité Keith Alexander sera l'un de ceux qui témoigneront jeudi.

En marge de l'ouverture, Mark Warner, un responsable démocrate, a déclaré qu'il y avait peut-être "1000 supports Internet en Russie produisant de fausses nouvelles".

Selon lui, la session de jeudi examinerait la manière dont la Russie aurait pu utiliser la technologie pour répandre la désinformation aux États-Unis, y compris la possibilité de produire de fausses nouvelles pour les électeurs des principaux États comme le Wisconsin, le Michigan et la Pennsylvanie.

"Nous sommes dans un tout nouveau domaine autour du cyber qui offre l'occasion d'importantes menaces à notre démocratie de base", a déclaré M. Warner.

Amertume de la Maison Blanche

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Devin Nunes, président du comité d'investigation du Sénat américain

La semaine dernière, Devin Nunes, le président du comité est allé directement à la Maison Blanche après avoir entendu des allégations sur la surveillance de l'équipe de M. Trump, plutôt que de les partager avec des collègues démocrates.

Il s'est excusé plus tard en insistant sur le fait qu'il reste un président objectif et ne démissionnera pas.

En plus des deux chambres du Congrès, le FBI mène également une enquête sur la question.

Sur le même sujet