Des "mamies gangsters" condamnées en Chine

En tout, une trentaine de femmes, en moyenne âgées de 50 ans, faisaient partie du gang dans la ville de Shangqiu, dans la province du Henan. Copyright de l’image Getty Images
Image caption En tout, une trentaine de femmes, en moyenne âgées de 50 ans, faisaient partie du gang dans la ville de Shangqiu, dans la province du Henan.

Plusieurs femmes, membres d'un gang de retraitées qui faisaient régner la terreur dans une ville du centre de la Chine, ont écopé de peines de prison ferme.

Ces mamies allaient jusqu'à déchirer leurs vêtements pour accuser leurs victimes de viol.

"Quatorze meneuses ont été condamnées à des peines allant jusqu'à 11 ans de prison pour avoir "organisé, dirigé et participé à une association de malfaiteurs et pour leur comportement provocateur", a indiqué le quotidien Xinjingbao.

En tout, une trentaine de femmes, en moyenne âgées de 50 ans, faisaient partie du gang dans la ville de Shangqiu, dans la province du Henan.

Plusieurs d'entre elles s'étaient rencontrées en dansant dans les parcs, un passe-temps très courant en Chine pour les retraitées.

Tuer le temps

Depuis quatre ans, les accusées, recrutées par un promoteur immobilier et par des entreprises créancières, recouraient à la manière forte pour récupérer des dettes ou expulser des habitants afin de laisser la place à de nouveaux logements.

LIRE AUSSI

Les esclaves sexuels d'Al-Shebab

Nigéria : un agent coupe les cheveux des femmes

Le Pape Francois et l'ordination des femmes

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Une des meneuses, une aveugle du nom de Gao Yun, a raconté au quotidien que participer à ces forfaits était une façon "amusante" de tuer le temps.

La méthode: insulter leurs victimes en hurlant dans un mégaphone ou leur cracher dessus.

Les femmes qui résistaient se faisaient arracher leurs vêtements.

Parfois, les taties vengeuses déchiraient leurs propres affaires pour faire croire à un viol quand leur victime était un homme, raconte le journal.

Une des meneuses, une aveugle du nom de Gao Yun, a raconté au quotidien que participer à ces forfaits était une façon "amusante" de tuer le temps.

Cette besogne, une simple "guerre des mots" selon elle, leur rapportait chacune environ 200 yuans (25 euros) par jour en plus des repas.

Sur le même sujet