Les Etats-Unis se retirent de l'Unesco

Ce retrait survient au moment où l'organisation s'apprête à élire son prochain directeur général. Copyright de l’image AFP
Image caption Ce retrait survient au moment où l'organisation s'apprête à élire son prochain directeur général.

Les États-Unis ont annoncé jeudi leur retrait de l'Unesco qu'ils accusent d'être opposé à Israël.

L'actuelle directrice générale de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture, Irina Bokova, a dit "regretter profondément" cette décision, à ses yeux préjudiciable au multilatéralisme.

Ce retrait survient au moment où l'organisation s'apprête à élire son prochain directeur général.

Le feu couve depuis des années sur fond de positions controversées de l'Unesco sur Jérusalem et Hébron, défendues par les pays arabes.

En 2011, l'admission de la Palestine au sein de l'Unesco a accentué la crise et entraîné la suspension des contributions financières d'Israël et des États-Unis -- qui fournissaient plus de 20% du budget de l'agence.

En juillet dernier, ces derniers avaient d'ailleurs prévenu qu'ils réexaminaient leurs liens avec l'Unesco, qualifiant d'"affront à l'histoire" la décision de l'organisation de déclarer la vieille ville de Hébron, en Cisjordanie occupée, "zone protégée" du patrimoine mondial.

Une décision qualifiée de "délirante" par Israël.

Après son retrait, qui sera effectif seulement fin 2018 conformément aux statuts de l'Unesco, Washington souhaite conserver un statut d'observateur.