France : Paris dans la nasse

Zouave, la statue du soldat de Crimée, sur le Pont de l'Alma, est atteint à mi-cuisse. Copyright de l’image Reuters
Image caption Zouave, la statue du soldat de Crimée, sur le Pont de l'Alma, est atteint à mi-cuisse.

Certains sous-sols de la ville ont déjà connu des fuites après que la rivière a déferlé après de fortes pluies, selon des témoignages.

Les eaux de la Seine devraient encore augmenter de volume ce week-end, avec plusieurs mètres au-dessus de leur niveau normal.

De nombreuses routes de la région sont déjà inondées. La circulation des bateaux, y compris les célèbres croisières touristiques de la capitale, a également été interrompue.

Copyright de l’image Reuters
Image caption Le niveau des eaux de la rivière devrait culminer à environ 6m, au moins 4m au-dessus de son niveau normal.

Le maire de Paris, Anne Hidalgo, a déclaré que la ville faisait face à la situation, mais a déclaré que les inondations, associées aux récentes vagues de chaleur de l'été, étaient "clairement une question d'adaptation de la ville au changement climatique".

Elle a également averti que les niveaux élevés des eaux risquent de continuer jusqu'à la semaine prochaine. Seulement, dit-elle, les niveaux vont s'abaisser progressivement en raison du sol détrempé dans la région.

Le niveau des eaux de la rivière devrait culminer à environ 6m, au moins 4m au-dessus de son niveau normal.

La statue d'un soldat de Crimée, connue sous le nom de Zouave, sur le Pont de l'Alma a longtemps été utilisée comme marqueur des niveaux d'eau dans la ville.

Lire aussi:

Vendredi, l'eau l'avait atteint à mi-cuisse, mais pas aussi élevée que les inondations de 1910, qui avaient atteint son cou et submergé la ville pendant deux mois.

Un service de train de banlieue très fréquenté, le RER C, a été suspendu jusqu'à la semaine prochaine.

Pendant ce temps, le musée du Louvre a fermé un niveau inférieur abritant les Arts islamiques.

Dans la banlieue de Villeneuve-Saint-Georges, les inondations ont obligé certains habitants à s'installer dans des bateaux pour se déplacer le long des routes.

Les rats des égouts parisiens ont aussi fait les frais de ces inondations en sortant massivement pour chercher des refuges.