Harold Bornstein, médecin du président des USA: "Trump m'a dicté son bulletin de santé"

Harold Bornstein Copyright de l’image Getty Images
Image caption Harold Bornstein

Le médecin personnel de Donald Trump a déclaré que le président américain lui avait dicté son bulletin médical.

Le bulletin médical de Donald Trump, alors candidat à l'élection présidentielle américaine faisait état de "sa force physique et son endurance extraordinaire".

Ce rapport de santé parfait voire élogieux a été dicté par Donald Trump lui-même, selon son ex-médecin traitant, Harold Bornstein.

Le médecin new-yorkais a déclaré mardi sur les antennes de CNN que Trump "avait dicté cette lettre en entier".

"Je n'ai pas écrit cette lettre. Je l'ai juste inventé au fur et à mesure" a-t-il indiqué.

En décembre 2015, l'équipe de campagne du candidat Trump a diffusé cette missive élogieuse de son médecin qui précisait "sans équivoque" que Trump présenterait le meilleur état de santé jamais observé chez un candidat élu à la présidence des Etats Unis.

"Trump a bien utilisé le mot merde"

Kanye West: "l'esclavage était un choix"

Obama à la fondation Mandela

Quelques mois plus tard, le médecin de Manhattan a avoué qu'il avait écrit la lettre à la hâte alors que la voiture de M. Trump l'attendait.

Raid dans son cabinet médical

Les nouvelles déclarations d'Harold Bornstein interviennent alors que le médecin se retrouve sous les projecteurs après avoir déclaré à la NBC qu'un garde du corps avait visité son bureau sur Park Avenue l'année dernière et avait confisqué les dossiers médicaux du président Trump.

Selon M. Bornstein, le "raid" à son bureau est intervenu deux jours après que le New York Times l'ait cité dans une polémique capillaire en indiquant qu'il lui a prescrit un médicament pour la croissance des cheveux pendant des années.

Le médecin a déclaré que l'unique dossier médical et les autres copies - comprenant des résultats d'analyse de laboratoire - enregistrés sous le nom du président et divers pseudonymes ont été pris.

La porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, a déclaré que l'incident était "une procédure standard".

Sur le même sujet