Un proche du Hezbollah premier ministre du Liban

Najib Mikati
Image caption Najib Mikati

Des milliers de sympathisants du premier ministre par intérim Saad Hariri manifestent contre ce qu’ils considèrent être un coup d’Etat du Hezbollah, le mouvement politique chiite. A Tripoli, une ville du nord, ils ont brûlé des pneus et des photos de Najib Mikati qui était le premier choix du Hezbollah pour le poste de premier ministre.

Des manifestations sont aussi signalées dans la région de Beyrouth où d’importantes forces de l’ordre sont déployées pour maintenir l’ordre. Dans une déclaration télévisée, M. hariri a demandé à ces supporters de ne pas recourir à la violence.

Najib Mikati avait auparavant déclaré à la BBC qu’il n’avait aucun lien avec le Hezbollah et il a répété que l’unité du Liban était sa seule préoccupation. Le gouvernement de M. Hariri a été renversé en raison de son appui pour une enquête sur l’assassinat de son père Rafiq, en 2005. Cette enquête a désigné des membres du Hezbollah dans les auteurs de l’attentat. Ce mouvement a réagi en disant que l’enquête est politiquement motivée.