BBC navigation

Observateurs de la Ligue arabe à Homs

Dernière mise à jour: 27 décembre, 2011 - 12:16 GMT
char de l'armée dans une rue de Homs

Ub char dans une rue de Homs, principal foyer de la contestation au régime du président Assad

Selon l'Observatoire syrien des droits humains, dont le siège est Londres, au moins 20.000 personnes se sont rassemblées dans le quartier de Khadiliya à Homs où une délégation d'observateurs de la Ligue arabe commence mardi sa mission.

Selon des militants dans l'opposition, une douzaine de chars positionnés autour de certains quartiers ont été retirés tôt le matin de la troisième ville du pays et principal foyer de la contestation au régime du président Assad.

Au moins trente-quatre personnes ont été tuées lundi, lors de tirs d'artillerie sur des immeubles selon l'opposition.

Selon des contestataires du régime du président Bachar al-Assad, les tirs d'artillerie sur des quartiers de Homs, dont celui de Baba Amr, ont cessé dans la nuit de lundi à mardi.

Et des chars et véhicules blindés ont commencé de se retirer de la ville à l'aube, au moment où des observateurs de la Ligue arabe prenaient la route pour se rendre à Homs.

La délégation a été reçue par le gouverneur de Homs Ghassane Abdel Al.

C'est la première ville où ils viennent vérifier l'application du plan de paix pour mettre fin aux violences, que le gouvernement syrien a finalement accepté de signer.

Selon la télévision privée al-Dounia, proche du pouvoir, ils iront ensuite à Hama et à Idleb, respectivement dans le nord et le nord-ouest du pays.

Huit jours pour vérifier le respect de l'accord

Au terme de l'accord, toutes les violences doivent cesser, l'armée doit rentrer dans les casernes et les détenus libérés et un dialogue doit s'instaurer entre le gouvernement et l'opposition.

Les cinquante observateurs, qui formeront deux équipes, iront aussi dans d'autres villes du pays.

Ils sont supposés avoir toute liberté d'aller où ils le souhaitent et d'interroger qui bon leur semble.

Mais les délégations dépendront des autorités syriennes pour leur transport et la sécurité.

La Ligue arabe décidera dans une semaine si le régime du président Assad, respecte l'accord.

L'opposition et les militants sur le terrain en doutent fort.

Les chars avaient déjà été retirés dans les villes où la contestation est la plus vive, comme Deraa et Hama, seulement pour y être repositionnés un peu plus tard.

Selon les Nations unies, plus de 5.000 personnes ont été tuées dans la répression de la révolte contre le régime depuis la mi-mars.

Mots-clés

BBC © 2014 Avertissement: la BBC n'est pas responsable du contenu de sites extérieurs.

Il est recommandé d'avoir la dernière version de votre navigateur et d'activer les spécifications CSS afin de bénéficier au maximum des effets visuels quand vous consultez cette page. Nous recommandons d'installer la dernière version de votre navigateur ou d'activer les spécifications CSS si c'est possible.