BBC navigation

Moscou et Pékin en accusation

Dernière mise à jour: 5 février, 2012 - 13:03 GMT
Tawakkol Karman, co-lauréate du prix Nobel de la paix

Tawwakkol Karman a condamné les veto de la Russie et de la Chine sur la Syrie à l'ONU.

Les veto de la Russie et de la Chine samedi pour bloquer un projet de résolution de l'ONU sur la Syrie suscitent de vives critiques dans le monde, pas seulement des pays occidentaux mais aussi de la Turquie et la Tunisie, lors d'une conference sur la sécurité à Munich en Allemagne.

Tawakul Karman, co-lauréate du Prix Nobel de la paix a déclaré que ces deux pays portaient une "lourde responsabilité morale et humaine".

La journaliste yéménite faisait allusion aux violences en Syrie, qui ont fait plus de 5 000 morts depuis le début des manifestations contre le régime du président Assad, il y onze mois.

Samedi l'opposition a affirmé que plus de 230 personnes avaient été tués par des tirs d'artillerie et mortiers par l'armée sur des quartiers résidentiels à Homs.

Dans son intervention pleine d'émotion, devant un parterre de grands de ce monde et de hauts responsables de la sécurité la co-lauréate du prix Nobel de la Paix 2011, a déclaré que Bachar el Assad, le président syrien, "commettait ces crimes avec le soutien honteux de la Russie et de la Chine".

La figure de proue du printemps arabe a rappelé que la mission des Nations unies étaient de "garantir la paix et la sécurité dans le monde, de se ranger aux côtés des faibles contre les puissants et lutter contre les injustices".

Tawakkol Karman a apporté son soutien à l'appel du Premier ministre tunisien, Hamadi Jelali qui demande aux Etats arabes d'expulser les ambassadeurs de la Syrie.

Il a critiqué le recours selon lui excessif au droit de veto.

"La communauté internationale doit réviser ce genre de mécanisme", a-t-il affirmé.

De son côté le Premier ministre du Qatar, Hamed ben Jassem al-Thani, a estimé que le vote de la Russie et de la Chine était "un mauvais signal" envoyé au président Assad qui "donne le droit de tuer".

Enfin le ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a reproché à la Russie et à la Chine "de ne pas prendre en compte les réalités et d'avoir voté contre les Occidentaux, comme au temps de la guerre froide.

Mots-clés

BBC © 2014 Avertissement: la BBC n'est pas responsable du contenu de sites extérieurs.

Il est recommandé d'avoir la dernière version de votre navigateur et d'activer les spécifications CSS afin de bénéficier au maximum des effets visuels quand vous consultez cette page. Nous recommandons d'installer la dernière version de votre navigateur ou d'activer les spécifications CSS si c'est possible.