BBC navigation

Les combats font rage à Damas

Dernière mise à jour: 19 juillet, 2012 - 10:00 GMT

Le quartier de Al-Hajar al-Aswad à Damas, le 18 juillet, sur une image diffusée sur YouTube.

De nouveaux combats ont éclatés dans la capitale syrienne, alors qu'on s'interroge sur l'endroit où se trouve le président Assad.

Des combats ont éclaté jeudi matin à Damas près du siège du gouvernement.

Les rebelles ont attaqué des forces loyales au président Bachar el-Assad, qui ont déployé des véhicules blindés et érigés des barrages dans les rues de Damas, selon des activistes et des résidents.

Au moins une personne a été tuée, selon l’agence Reuters, dans des combats dans le quartier de Ikhlas, adjacent à l'énorme complexe du Conseil des ministres, et le campus de l’université de Damas.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, proche de l’opposition, des centaines d'habitants fuient les violents combats et les bombardement de certains quartiers de Damas, au moment où l'armée demandait aux résidents de s'éloigner des zones d'affrontements.

Où se trouve Assad?

Le président syrien Bachar el-Assad pourrait avoir quitté la capitale Damas pour la ville côtière de Lattaquié, selon des sources d’opposition et un diplomate occidental cité par l’agence Reuters.

Bachar el-Assad n’a pas fait d’apparition publique depuis l’attentat qui a tué hier trois membres clé de son régime.

Toujours selon Reuters, il dirigerait le gouvernement depuis Lattaquié. Lattaquié, où le président possède un palais, est un bastion alaouite, et le principal port de la Syrie.

La flotte russe n’est pas loin, dans la base navale de Tartous.

Pendant la nuit, des combats se sont déroulé un peu partout en Syrie, faisant de cette journée une des plus meurtrières depuis le début de l’insurrection il y a 16 mois.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, 160 personnes ont été tués mercredi en Syrie.

Mercredi, un attentat dans le bâtiment de la Sécurité nationale à Damas a tué le ministre de la Défense, Daoud Rajha, le beau-frère du président Bachar-el Assad, Assef Chawkat, un des principaux responsables de la sécurité en Syrie, et le général Hassan Turkméni, chef de la cellule de crise mise en place pour mater la révolte en Syrie.

Selon les rebelles, la bombe avait ete planté le jour avant la réunion au siege de la Sécurité nationale.

Les rebelles prédisent la fin imminente du régime.

L’armée au contraire a promis d'éradiquer “les gangs de criminels et de meurtriers”.

Vote à l’ONU

Selon les médias officiels, l’armée a lancé des opérations dans de nombreux quartiers de Damas qui étaient le théâtre de combats ces derniers jours.

Alors que les désertions continuent dans l’armée, de nombreux analystes estiment que l’effondrement du régime est désormais inévitable, même si on ignore quand interviendra cet effondrement, et dans quelles conditions.

L’attentat de mercredi a poussé le Conseil de sécurité de l’ONU à reporter à jeudi un vote sur un projet de résolution déposé par les Occidentaux menaçant le régime de sanctions.

La Russie, alliée de Damas, campe sur ses positions dans son rejet de sanctions.

La résolution souhaitée par les Occidentaux étendrait la mission des observateurs de l’ONU en Syrie, qui expire vendredi, et placerait le médiateur international sous l’artice 7 de la charte de l’ONU, ce qui autoriserait le cas échéant le recours à la force, une option impensable pour la Russie. Vladidmir Poutine, le président russe, s’est entretenu au téléphone mercredi avec Barack Obama, le président américain.

Les deux hommes ne se sont pas mis d’accord sur leurs approches respectives pour mettre un terme à la violence en Syrie.

En Savoir Plus

Mots-clés

BBC © 2014 Avertissement: la BBC n'est pas responsable du contenu de sites extérieurs.

Il est recommandé d'avoir la dernière version de votre navigateur et d'activer les spécifications CSS afin de bénéficier au maximum des effets visuels quand vous consultez cette page. Nous recommandons d'installer la dernière version de votre navigateur ou d'activer les spécifications CSS si c'est possible.