Obama défend les drones

Image caption Barack Obama, le 23 mai 2013 à Washington.

Le président americain Barack Obama a défendu l’utilisation de drones armés dans ce qu’il appelle une “guerre juste” d’auto-defense contre des militants meurtriers, affirmant que la campagne de frappes de drones avait contribué à la sécurité des Etats-Unis.

Dans un discours jeudi soir sur la stratégie antiterroriste américaine, Barack Obama a néanmoins davantage encadré le recours aux drones, relancé les efforts pour tenter de fermer la prison militaire de Guantanamo et mis en garde contre une "guerre perpétuelle" des Etats-Unis contre les extrémistes, selon lui "perdue d'avance".

Selon le président américain, les personnes visées par ces bombardements doivent représenter une menace "imminente" contre les Américains.

Le gouverPakistan The Pakistani government has given a cautious welcome to President Obama's new guidelines on restricting the use of drones against militants. In a statement, it said drone strikes were counter-productive and caused civilian deaths

Des associations de défense des droits de l'homme critiquent depuis longtemps l'utilisation de drones armés pour turer des militants islamistes, essentiellement au Pakistan.

"Les Etats-Unis n'utilisent pas de frappes lorsque nous avons la possibilité de capturer des terroristes, notre préférence est toujours de les capturer, de les interroger et de les poursuivre en justice", a assuré le président.

Le gouvernement pakistanais a salué les nouvelles règles de Barack Obama en matière d'utilisation de drones, mais a répété que leur utilisation était "contre-productive".

Lors de ce discours, M. Obama a aussi annoncé qu'il allait lever le moratoire sur le transfèrement vers le Yémen de détenus de la prison militaire de Guantanamo.

Alors que 103 des 166 détenus restant à Guantanamo sont en grève de la faim, M. Obama a répété son intention de fermer à terme la prison, une vieille promesse de campagne jusqu'ici non concrétisée.