Egypte: la Chine a honte d'un graffiti

  • 27 mai 2013
Image caption "Ding Jinhao a visité cet endroit", gravé sur ce bas-relief à Louxor.

Les parents d’un adolescent chinois ont présenté leurs excuses après que leur fils a été démasqué comme l’auteur d’un graffiti sur un monument de l’Egypte ancienne à Louxor.

L’affaire, qui a eu un grand retentissement en Chine, a commencé vendredi, quand un touriste chinois scandalisé a posté sur internet une photo de l’acte de vandalisme, un graffiti commis sur le ventre d'un bas-relief représentant le dieu Amon, dans le "Saint des saints" du temple d'Amenhotep III, disant "Ding Jinhao a visité cet endroit".

La photo de l'inscription laissée à Louxor par le vandale de 15 ans a été republiée près de 100.000 fois sur internet et plusieurs journaux d'Etat en Chine évoquaient cette polémique en première page lundi.

“Nous voulons nous excusez auprès du peuple égyptien et à tout ceux qui ont suivi cette affaire en Chine”, a déclaré la mère de Ding dans un quotidien local.

Elle a ajouté que son fils avait commis l’acte quand il était plus jeune lors d’un voyage de la famille en Egypte, et avait réalisé la gravité de son geste.

Le père de Ding Jinhao a également demandé au public de laisser son fils en paix désormais, car “la pression était difficile à supporter”.

De nombreux internautes ont estimé que l’adolescent avait porté la honte sur toute la nation chinoise.

L’affaire a relancé un vif débat en Chine sur les mauvaises manières des jeunes nouveaux riches et des touristes à l'étranger.

Il y a dix jours, un vice-Premier ministre chinois, Wang Yang, avait déploré le “comportement non-civilisé” de certains touristes chinois à l'étranger nuisant à l’image de la Chine, tel que “parler trop fort dans des lieux publics, traverser hors des clous, cracher, ou graver des caractères chinois dans des sites touristiques”.